Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2007

Les inspecteurs du travail contestent les compétences d’Hortefeux

Les inspecteurs du travail ne veulent pas bosser pour Brice Hortefeux, le nouveau ministre de l’Immigration. Les inspecteurs ont déposé mercredi un recours devant le conseil d’Etat pour contester l’attribution au ministre de compétences sur le «travail illégal des étrangers». Ils craignent une remise en cause de leur indépendance.

... A venir sur 20Minutes.fr le témoignage d’un inspecteur du travail

«Ce décret crée une catégorie juridique de délit qui n’est pas prévue par la loi et qui n’existe ni dans le Code pénal, ni dans le Code du travail», ont protesté les syndicats CGT, CFDT, Snu-TEF et Sud-Travail. «Le gouvernement assimile de manière inacceptable le travail illégal (qui peut être du travail non déclaré, un cumul d’emploi, ndr) et une situation irrégulière des personnes étrangères», a dénoncé la CGT.

«Que le ministre de l’Immigration coopère avec le ministre du Travail, il n’y a pas de problème, explique Jacques Voisin, président de la CFTC, contacté par 20Minutes.fr. Mais on ne …

le service minimum:La déclaration préalable des grévistes, déjà adoptée par le Sénat, sera au cœur des débats dès aujourd’hui.

Dernière étape pour la loi-cadre sur le service minimum : les députés commencent, cet après-midi, l’examen du texte, dix jours après son adoption par les sénateurs. Même si, en pleine période estivale, la journée d’action du 31 juillet lancée par la CGT ne devrait pas mobiliser les foules, la manifestation prévue demain devant l’Assemblée nationale devrait au moins rappeler aux députés que ce projet est loin de susciter l’enthousiasmedes syndicats. Les critiques se concentrent en fait sur une seule disposition : la déclaration d’intention qui sera demandée aux salariés 48 heures avant l’arrêt de travail. Les autres mesures du texte paraissent en comparaison relativement anodines. Même le vote obligatoire, après huit jours de conflit, ou l’interdiction faite aux entreprises de transport de payer les jours de grève, ne touchent pas à l’essentiel. S’il n’y avait pas eu cette déclaration individuelle d’intention, le texte aurait pu être considéré par les syndicats comme un moindre mal. D’…

Echauffourées entre des policiers et des jeunes aux Mureaux

Des échauffourées ont opposé samedi les forces de l'ordre à plusieurs groupes d'une quarantaine de jeunes chacun dans le quartier des Musiciens aux Mureaux (Yvelines), sans faire de blessé, a-t-on appris dimanche auprès de la police.
Les faits se sont produits entre 16 h et 23 h et les forces de l'ordre, cibles de jets de projectiles, ont tiré à plusieurs reprises des grenades lacrymogènes. La police n'a pas indiqué si elle avait effectué des interpellations. Par ailleurs, une voiture a été brûlée en fin de nuit dans le quartier.
AFP
20Minutes.fr, éditions du 29/07/2007 - 12h46

L'indignation persiste après l'accord nucléaire franco-libyen

L'accord nucléaire franco-libyen a déclenché en Allemagne une réaction en chaîne de critiques de la quasi-totalité de la classe politique allemande. L'indignation persistait samedi Outre-Rhin contre l'attitude de Nicolas Sarkozy sur la scène étrangère, en dépit des efforts faits par Paris pour rassurer Berlin en matière de non-prolifération. L'accord contesté a été signé mercredi à Tripoli à l'occasion de la visite du président français au lendemain de la libération des infirmières bulgares. Leur libération « n'a pas été la performance de la famille Sarkozy uniquement, mais une action concertée de l'ensemble de l'Union européenne », a rappelé l'eurodéputé conservateur allemand Elmar Brok.
Les irritations à Berlin s’accumulaient contre la France. En dernier lieu, l’Allemagne n’a pas apprécié que Nicolas Sarkozy tire la couverture à lui lors de la libération des infirmières bulgares. Mais Berlin a évité de troubler l’unanimité de façade.
En revanche, l’…

«On donne tout et on ne reçoit rien en retour»

Bernard Kouchner, Jack Lang, Jacques Attali, Dominique Strauss-Kahn: le gouvernement n’en finit plus de recruter ou de soutenir des hommes politiques socialites. Ce qui ne plaît pas à toute la droite. Et notamment, pas à Georges Tron, député UMP de l'Essonne.

«L'ouverture qui réussit, c'est un partage de projets et d'idées, pas un partage de postes», déclare ce proche de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Il se dit «dubitatif sur la façon dont les choses se passent» concernant la politique d’ouverture voulue par Nicolas Sarkozy.

Tout bénéfice pour la gauche?

«Pour l'heure c'est tout bénéfice pour la gauche qui refuse tout consensus», déclare-t-il dans une interview au «Journal du Dimanche». «Finalement on donne tout et on ne reçoit rien en retour, ce n'est pas conforme à la doctrine que Nicolas Sarkozy a toujours défendue», poursuit-il.

«Si l'on arrive aux municipales avec des duels majorité-opposition sur les lignes de fractures habituell…

Les riches d'abord, les autres on verra plus tard...

Depuis cette semaine, les Sénateurs examinent le projet de loi du "paquet fiscal", et ils ont supprimé un amendement voté par les députés qui rendait imposables pour les entreprises les indemnités de départ au-dessus d'un million d'euros, en visant les parachutes dorés. Et moi qui trouvait que le seuil d'1 million devait être baissé...

A force de favoriser certains, les autres finissent par en pâtir... C'est chose faite : Il manque un milliard d’euros au ministère de l’Emploi pour finir l’année. Jean Gaeremynck, délégué général à l’Emploi et à la Formation professionnelle, a annoncé à la commission des Finances de l’Assemblée qu’il aurait besoin d’une avance pour financer tous les politiques du ministère. En 2006, le ministère avait déjà eu besoin d’une rallonge, mais nettement moins importante (286 millions d’euros). «La difficulté principale sera de trouver l’argent pour le Fonds de solidarité et pour l’AFPA (Association nationale pour la formation professio…

La carte des déplacements du Président Sarkozy

le président Nicolas Sarkozy a visité l'Afrique. L’occasion de revenir sur ses déplacements depuis le début du mois de juillet (pour les voir, cliquez ici). Après avoir fait sa version du Tour de France, avoir rencontré les interlocuteurs influents de l’Europe et du Maghreb, le Président a effectivement effectué un tour d’Afrique noire.

Autant de voyages et de déclarations qui vont avec, que critiquent ses opposants. François Hollande a ainsi dénoncé, dans un entretien avec le journal Le Monde, sa «stratégie du coup d'éclat permanent». Le premier secrétaire du PS a poursuivi en déclarant que «chaque jour vient changer la donne du précédent, et est effacé par le jour suivant». Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, quant à lui, a défendu cet activisme du chef de l'Etat en faisant valoir que la «démocratie, ce n'est pas seulement des règles désincarnées, c'est un pouvoir visible, responsable».

Le Président affiche une volonté d'action. Pour prendre la…

Berlin critique l'accord sur le nucléaire Sarkozy-Kadhafi

Le ministre délégué aux Affaires étrangères allemand craint la "prolifération" et parle d'un accord "problématique politiquement". En France, des ONG et des partis de gauche fustigent le mémorandum signé à Tripoli mercredi.
Colères et mises en cause. Le mémorandum sur le nucléaire signé par Nicolas Sarkozy pendant sa visite à Tripoli a suscité jeudi des protestations du gouvernement allemand, qui s'est joint aux critiques d’associations et de partis de gauche en France. Tous craignent la «profilfération» et une décision ouvrant la voie au nucléaire militaire. Le ministre délégué allemand aux Affaires étrangères Gernot Erler a critiqué le protocole d'accord franco-libyen sur le nucléaire, mettant en garde contre le risque de prolifération. «Politiquement cette affaire est problématique», a déclaré le social-démocrate Gernot Erler, dans un entretien au quotidien Handelsblatt de vendredi. «En outre, le risque de prolifération augmente avec chaque pays qui…

Etats d'ames d'un journaliste sénégalais

Toujours égal à lui-même : la démesure. La langue de bois, ce n'est pas son truc. Il n'aime pas le « mensonge », encore moins « l'hypocrisie », surtout quand le sujet de discussion tourne autour de l'immigration. Il la vit comme un refoulement.
Et la Courneuve dont il avait pour mission de « nettoyer », en dit long sur son rapport à l'immigration. Vocabulaire volontairement outrancier, une métaphore dangereuse qui a assimilé les habitants de ce quartier à des saletés, des ordures. Certainement, la Courneuve rappelle l'immigration. Or, Sarkozy est allergique à l'immigration, qu'elle soit subie ou choisie. Pardon Freud, d'avoir prêté attention aux bourdonnements du divan. Qu'importe, il est devenu président de la France. La fin justifie les moyens ! Avec les compliments du Florentin.
Sarko est d'une franchise légendaire. Et pour s'en convaincre, il faut le trouver dans l'univers de la politique-spectacle. Il a du flaire et sait surfer su…

Vendredi 27/07/2007 en bref

Après la Lybie, Sarkozy était hier en visite au Sénégal. «Je ne suis pas venu effacer le passé car le passé ne s'efface pas. Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes. Il y a eu la traite négrière, il y a eu l'esclavage, les hommes, les femmes, les enfants achetés et vendus comme des marchandises. Et ce crime ne fut pas seulement un crime contre les Africains, ce fut un crime contre l'Homme, un crime contre l'humanité(...). Je suis venu vous proposer, jeunes d'Afrique, non de ressasser ensemble le passé mais d'en tirer ensemble les leçons et de regarder ensemble vers l'avenir». Cette fois-ci, Nicolas Sarkozy a parlé de co-développement et de coopération. Il a proposé des «projets communs» comme des universités ou des laboratoires et d'«élaborer une stratégie commune dans la mondialisation», ainsi que de «préparer l'avènement de l'Eurafrique», un vaste ensemble dont son projet d'Union m…

Sarkozy joue avec le feu

La France va fournir un réacteur nucléaire à la Lybie. Cela me fait étrangement penser à la Syrie qui, ayant profité d'accords commerciaux avec Mr Bush père et compagnie, ont développé à partir d'un programme nucléaire civil, des centrifugeuses capables de produire de l'uranium enrichi, élément de matière première nécessaire à la confection d'une bombe nucléaire.

Le ministère des Affaires étrangères a beau assurer que la fourniture d'un réacteur nucléaire la désalinisation de l'eau en Libye respecte l'objectif de non-prolifération, l’inquiétude subsiste au sein de l’opposition et des organisations écologiques.

«Faire la lumière» pour le PS

Le Parti socialiste a demandé jeudi que «toute la lumière soit faite» sur ces accords, estimant qu'il était «peut-être un peu tôt pour se jeter dans les bras de Kadhafi et lui apporter notre caution internationale». «Il est légitime que les Français sachent si ces accords ne comportent pas des clauses se…

Lagarde en rajoute une couche sur le bouclier fiscal

Alors que le «paquet fiscal» l’une des mesures phares du gouvernement Sarkozy doit être discuté au Sénat, la zizanie s’installe à Bercy. La ministre de l’Economie Christine Lagarde a taclé son ministre du Budget, Eric Woerth, pour protéger l’ancien, Jean-François Copé. La patronne de Bercy a déclaré mercredi matin sur LCI que le bouclier fiscal à 60%, un échec selon Eric Woerth, est «en cours de fonctionnement» et que «ça fait à peine un an qu’il est en place».
Mais elle a estimé son propre projet plus efficace. Le bouclier à 50%, «est un seuil vraiment plus incitatif, puisqu'on est vraiment en partenariat: un contribuable ne paiera jamais plus de 50% d'impôts», a-t-elle affirmé sur LCI. Elle a également nié que les contribuables voulant profiter du bouclier fiscal ou d'un remboursement d'un trop payé d'impôts s'exposent à des contrôles fiscaux plus fréquents. La ministre de l’Economie a ajouté d’ailleurs que la tâche des contrôleurs fiscaux devrait progressivem…

Une majorité pas si unie qu'elle en a l'air

Le bouclier fiscal a décidemment du mal à passer. A l’origine d’une première bisbille entre les députés du Nouveau centre et ceux de l’UMP, cette réforme divise à nouveau la majorité. Alors que le ministre du Budget Eric Woerth a déclaré dans «Le Monde» daté de mercredi que le bouclier fiscal à 60% n’avait «pas fonctionné», Jean-François Copé, son prédécesseur, a qualifié d'«avancée très importante» cette mesure.

«J'aurais aimé qu'il (Eric Woerth) complète sa réponse en rendant hommage au travail qui a été fait, c'est-à-dire introduire pour la première fois dans notre droit fiscal un “bouclier fiscal”», a déclaré le chef de file des députés UMP lors de son point de presse hebdomadaire à l'Assemblée.

Dans son entretien au «Monde», Eric Woerth avait déclaré que seulement «quelque 2.800 personnes ont demandé, au premier semestre de 2007, à en bénéficier», alors que le précédent gouvernement avait estimé à plus de 90.000 le nombre de bénéficiaires. A la question, «le bou…

Woerth confirme l'hémorragie de postes à l'Education nationale

Le ministre du Budget évoque un nombre «évidemment très significatif» de non-remplacement de fonctionnaires dans l'Education qui perdrait entre 10000 et 17000 postes. Par Liberation.fr Eric Woerth, le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, a déclaré dans un entretien au Monde daté de mercredi que le nombre de suppressions de postes dans l'Education nationale sera «évidemment très significatif», étant donné «le poids important» de ses effectifs.
Eric Woerth «ne confirme aucun chiffre pour l'instant, je n'en ai du reste jamais donné car cela n'est pas arbitré. Mais cela sera évidemment très significatif». Un chiffre circule. Dans le cadre du principe de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite, ce sont entre 10 000 et 17 000 postes qui devraient être supprimés. «Avec son poids important, l'Education nationale doit contribuer à la réduction des effectifs. Tout simplement parce que les gros bataillons sont à l&…

L’ère du sarkozysme absolu

AgoraVox, lundi 23/07/07
Depuis bientôt trois mois, nous sommes entrés dans l’ère du sarkozysme absolu. Tous les médias, tous les pouvoirs, tout converge vers notre nouveau président, et aucun obstacle ne peut se mettre en travers de sa route. On assiste parallèlement à une belle opération de désinformation continue. "Sarkozy aussi populaire que Charles de Gaulle", "Les Français plébiscitent l’ouverture", "Sarkozy sauve l’Europe", "Sarkozy soutient la candidature de DSK à la tête du FMI", "Sarkozy aide à la libération des infirmières bulgares en Libye"...

Dans le flux continu de ces informations débitées à longueur de journée par des médias complaisants, quelques faits sont réels, d’autres sont tout simplement d’éhontés mensonges.
La popularité comparée de Sarkozy, tout d’abord.
On tente de nous faire croire que notre nouveau président est le plus populaire depuis Charles de Gaulle, vénérable père de notre République. Tout la presse,…

Et si le gouvernement avait oublié de penser ?

A.Vaullerin, Libération.fr, le 23/07/2007
Est-ce le nouveau slogan gouvernemental? Après le «travailler plus pour gagner plus», il faudrait également «travailler plus et penser moins». L’invitation n’a pas échappé au quotidien International Herald Tribune qui, lundi, dans un long article en page 4, se penche sur la nouvelle feuille de route de l’équipe Sarkozy. Et titre: «Travailler, ne pas penser» . Et la fait commenter par des intellectuels français.
Le quotidien anglophone s’est intéressé aux propos de la ministre des Finances, Christine Lagarde. La semaine dernière, celle-ci avait déclaré à l’Assemblée que la «France est un pays qui pense. J’aimerais vous dire: assez pensé maintenant, retroussons nos manches», rappelle le Herald Tribune. Cependant, sous la plume d’Elaine Sciolino, le quotidien souligne qu’en France, «pays qui a produit les Lumières», la «pensée a perdu de son cachet dans le gouvernement du Président Sarkozy».
«Le nouveau président lui-même a cultivé cette image de no…

Quelques euros dans la tirelire des pauvres

Le projet de Revenu de Solidarité Active était présenté ce matin par F.Fillon et M.Hirsch à Argenteuil (tout un symbole) à des futurs éventuels bénéficiaires. Avec cette pseudo mesure sociale, le gouvernement veut surtout se donner bonne conscience, mais n'y met pas les moyens nécessaires. Pour preuve, une simple comparaison : 13 MILLIARDS d'euros prévus pour financer le "paquet fiscal" et sa poignée de favorisés, contre 25 MILLIONS d'euros pour le RSA...
Quel en est le principe ? Le RSA permettra de cumuler pendant un temps "les revenus de l'assistance et ceux du travail". Il est vrai qu' actuellement un RMIste, un chômeur ou une personne bénéficiaire de l'allocation de parent isolé (API) n'est pas gagnant à aller travailler, car déduction faite des diverses aides sociales, son pouvoir d'achat est diminué. Donc pouvoir conserver le bénéfice des aides et d'un salaire c'est très bien, je suis d'accord, mais pendant combien …

Badinter plaide pour un "réel équilibre des pouvoirs"

Robert Badinter ne veut pas d'une "présidence impériale". Dans une interview publiée dans le Parisien dimanche, l'ancien président du Conseil constitutionnel estime que Nicolas Sarkozy renforce la "dérive" de la Vème République vers "une présidence impériale". "Le problème fondamental de la Vème république, c'est sa constante dérive, non pas vers un régime présidentiel, mais vers une présidence impériale", estime le sénateur socialiste. "Les pratiques du nouveau président ne font qu'accentuer cette dérive." Pour preuve, le rôle du Premier ministre, "qui n'est que le chef d'état-major politique du président de la République", et des ministres "exécutant des décisions présidentielles, étroitement contrôlés par l'Elysée". Il regrette que "le Parlement n'exerce plus ni sa fonction de contrôle, ni sa fonction législative. Il n'est plus pour l'essentiel que la chambre d'enr…

Les éléphanteaux se bougent

(AFP) - Plusieurs responsables du PS, dont les députés Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Gaëtan Gorce, soucieux d'en finir avec "l'immobilisme" dont ils accusent le parti, ont entamé vendredi à Evry un cycle de réflexion sur "l'avenir de la gauche". "Il faut beaucoup de courage et ne pas accepter cet immobilisme qui a empêché les vrais débats", a déclaré le député-maire d'Evry Manuel Valls, qui accueillait dans sa ville ce séminaire qui a rassemblé "des responsables, militants, intellectuels venant d'horizons différents, et qui ont envie de participer à cette nécessaire refondation".
"On ne peut pas attendre, il faut décloisonner le parti socialiste qui depuis des années n'organise le débat interne qu'à travers ses courants, ses clans, ses chapelles, ses écuries présidentielles", a-t-il ajouté."Ce dont le parti socialiste souffre le plus, c'est de ne pas porter le vrai et le bon regard sur la soci…

Le CSA appelé à réguler la Sarko-télé

C’est une «anomalie démocratique en Europe» à laquelle il faut «mettre un terme». Dans une lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Didier Mathus, député PS de Saône-et-loire, appelle le Président du CSA à prendre en compte «l’omniprésence médiatique et la volubilité du Président» qui rend «caduque» la règle des trois tiers, c’est-à-dire la répartition équitable des temps de parole entre l’opposition, la majorité et le gouvernement à la télévision. Une pratique «complètement bancale», explique Mathus à Libération.fr.«Jusqu’à présent, l’expression du chef de l’Etat n’était pas prise en compte. On estimait qu’il intervenait en tant que père de la Nation, arbitre au-dessus des partis, souligne le député chargé des questions audiovisuelles au PS. Mais nous avons affaire à un président qui se revendique chef de la majorité.»Le CSA, qui n’a pas encore répondu au courrier du député, a commencé à s’interroger sur cette règle des trois tiers il y a quelques mois. «Mais depuis l’él…

Le contrat : une video vu sur le blog de selune

Le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'accord tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous dont voici, dans les grandes lignes, le contenu.

Voici le contrat que vous signez par tacite reconduction chaque matin en vous réveillant simplement et en ne faisant rien.

Lecontrat
envoyé par terpacific

La mondialisation n’est pas une régression

La mondialisation n’est pas une régression Nombre de pays occidentaux tirent parti du phénomène sans verser dans l’ultralibéralisme. Par MANIÈRE PHILIPPE QUOTIDIEN : vendredi 20 juillet 2007 Cher Libé, je t’écris comme on écrit à un ami, avec bienveillance mais aussi avec sincérité. Je te lis depuis vingt-cinq ans, toujours avec un plaisir que peu d’autres journaux me procurent. Parfois, aussi, avec irritation. Je suis sûr de ta bonne foi, et je sais ton talent. Ce qui fait que tes naïvetés me navrent. Ne te méprends pas : j’aime tes emportements, et je ne te demande pas un instant de devenir aveugle ou indifférent à la misère du monde. Simplement, je serais heureux que, avant de gémir et de sermonner comme tu le fais si bien, tu regardes le monde tel qu’il est. C’est-à-dire avec lucidité et sans paranoïa. Cher Libé, j’ai une question à te poser. Depuis tes origines, tu te veux moderne et sans tabous. Tu te passionnes pour l’avant-garde culturelle. Tu prêches la tolérance en matière so…

L’affaire Clearstream se rapproche dangereusement

Jean-Louis Gergorin, ex-dirigeant d’EADS, a confirmé le rôle central de Chirac dans l’affaire des faux listings. Par Karl Laske QUOTIDIEN : vendredi 20 juillet 2007«I l faut saisir ou informer un juge. C’est une instruction du président de la République».C’est ce que Dominique de Villepin aurait dit à Jean-Louis Gergorin, en avril 2004, peu avant qu’il ne décide de prendre contact avec le juge Renaud Van Ruymbeke. La remise des lettres anonymes, la dénonciation calomnieuse, la transmission des listings accusateurs auraient été avalisés au plus haut niveau. Une source judiciaire a confirmé, hier, la teneur des propos du corbeau présumé de Clearstream.Jean-Louis Gergorin, ex-dirigeant d’EADS, a été entendu durant treize heures, mercredi, et son audition doit reprendre aujourd’hui. Son avocat, Me Paul-Albert Iwiens, s’est refusé à tout commentaire. Mais Gergorin n’a pas caché son intention de se délester d’une partie de son fardeau. Les juges s’approchent encore du pouvoir. Il y a peu, ils…

Lagarde fustige les 35 heures

Christine Lagarde a dénoncé ce jeudi, "le carcan des 35 heures." Interrogée sur la durée du travail en France, la ministre s'est déclarée en "faveur de l'indépendance, de la liberté et de la responsabilité."
Selon elle, "quand une entreprise a une grosse charge de travail, une grosse commande, un surcroît d'activité, il faut qu'elle puisse, sans contrainte excessive, recourir à plus de travail de la part de toute l'équipe". "C'est pour ça que le carcan des 35 heures me paraît désuet et daté d'époque", a déclaré la ministre en défendant son projet de loi pour le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat (Tepa), actuellement examiné à l'Assemblée nationale, qui favorise le recours aux heures supplémentaires.
Toutefois, a poursuivi la ministre, "il faut bien entendu qu'il y ait un chiffre maximal (d'heures de travail), il ne faut pas dépasser les heures maximales prévues au niveau européen bien ente…

Aschieri: «Le gouvernement confond la locomotive et la salle de classe»

Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU principal syndicat de l'Education nationale, réagit à l'annonce du premier ministre François Fillon, relayée ce matin par le ministre du Travail Xavier Bertrand, d'appliquer la loi sur le service minimum aux enseignants. Par Stéphanie PLATAT LIBERATION.FR : mercredi 18 juillet 2007 François Fillon et Xavier Bertrand ont évoqué la possibilité d'étendre la loi sur le service minimum à l'Education nationale, quelle est votre réaction?
Je trouve ça assez extraordinaire d'annoncer ça de cette façon alors que nous étions tous en réunion le matin même (mardi matin alors que l'annonce du Premier ministre a été faite mardi soir, NDLR) pour le Conseil supérieur de la fonction publique. Pas un mot n'a été prononcé à ce sujet lors de cette réunion alors que le ministre de la fonction publique étant présent! C'est une provocation. On se demande si le gouvernement ne cherche pas à accumuler les motifs de conflit alors q…

«Le texte de loi sur le service minimum cultive l'hypocrisie politique»

Pour le Secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, le projet de loi sur le service minimum examiné mardi au Sénat est «une provocation» • Alors qu'une journée d’action est lancée dès le 31 juillet par la centrale syndicale, il explique sa position dans une interview exclusive à paraître mercredi dans «Liberation».
Par Stéphanie Platat et François Wenz-Dumas Les sénateurs auront la primeur aujourd'hui du projet de loi sur le service minimum dans les transports publics. Le texte de cette promesse de campagne de Nicolas Sarkozy ? considérée à gauche comme une atteinte majeure au droit de grève ? prévoit « en cas de grève ou de perturbation prévisible un service réduit mais organisé ».Deux mesures en particulier suscitent la colère des syndicats : l'obligation pour le salarié de se déclarer gréviste 48 heures avant le conflit sous peine de sanction disciplinaire et la consultation possible du personnel à bulletins secrets après huit jours de grève. Pour les syndicats, la p…

L’ex-candidate réunit ses «amis» aujourd’hui pour une analyse de sa campagne.

Manuel Valls veut «dépoussiérer» le PS et changer le nom du parti

Manuel Valls, député socialiste de l'Essonne, a suggéré dimanche que le Parti socialiste «change de nom» et «dépoussière» son fonctionnement, sans attendre les municipales de 2008, en affirmant que «le train-train est mortel». Provoquer le débat «J'aime bien provoquer le débat. Et ce débat sur le nom et sur la déclaration de principe du parti doit nous amener à nous interroger beaucoup plus sur notre propre identité», a-t-il déclaré lors du Grand Rendez-vous Europe 1/TV5 Monde/Le Parisien. Il a précisé qu'il verrait bien une nouvelle dénomination contenant «le mot gauche».«La gauche, c'est le mouvement»

Selon Manuel Valls, pendant la campagne, «la gauche a été trop identifiée à la tradition, à une forme de conservatisme». «La gauche, c'est le mouvement», a-t-il dit. Opposé au calendrier Il a réaffirmé son opposition au calendrier de rénovation voté le 23 juin par le PS. «Il fallait commencer ce débat tout de suite et j'espère que de la part de François Hollande la v…