Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2008

A vos contributions !

Les commentaires ci-dessous, reflètent les critiques et les attentes des internautes, qui se sont exprimés sur ce blog à propos des évolutions, du fonctionnement, des objectifs, des propositions et leaders du parti socialiste.

Christie a dit… Comme tu le dis, il serait temps que les membres du PS se mettent au diapason les uns des autres. Il y a un enjeu important : La survie des plus faibles.
Nos représentants ont de l'argent, ils peuvent se sécuriser. Ils n'en va pas de même pour ceux qui travaillent et vivent dehors et pour ceux qui n'ont pas d'emploi ou vont le perdre, pour ceux qui ne peuvent pas payer les franchises médicales..
POUR...Il y a tant de gens qui souffrent alors?
Qu'ils arrêtent leur batailles de chiffonniers et qu'ils regardent en bas.. C'est tout ce qu'on leur demande.. qu'ils retrouvent les vraies valeurs de la gauche !!

zd83 a dit… je pense que le ps doit rester unis
pour préparé l'avenir de la france le notre ce de nos enfants .…

Des économies sur l'assurance maladie ?

Des économies ??? Alors que le directeur de l’assurance-maladie estime à 250 millions d’euros son plan de déremboursement, le déficit de l’assurance-maladie pour 2009 sera de l’ordre de 7 milliards. On remet en cause un des principes essentiels de l’assurance-maladie, la solidarité avec ceux qui sont atteints d’affections les plus graves, pour une mesure qui ne sera pas en adéquation avec le problème de financement des soins posés.

Il faut bien comprendre que les choses ont changé, que les dépenses de santé augmentent, en raison de la démographie et des progrès de la recherche médicale, que le traitement des pathologies lourdes ( les affections de longue durée ) a changé. Il est donc effectivement urgent de réorganiser le dispositif de remboursement des soins en faisant que tous les acteurs de la santé prennent leurs responsabilités.

Il faut que le prix des médicaments baissent !!

Mais le problème, c'est qu'il ne suffit pas de proposer des dérembourssements de soins pour croire q…

Sous Sarkozy, propagande et compagnie

Mais c'est énorme ! Ils ont osé, il a osé, c'est tout simplement scandaleux !

Comment est-il possible qu'un gouvernement puisse utiliser les chaines de TV pour communiquer ? et ainsi faire une propagande sur leurs politiques ?

C'est pas moins de 1630 diffusions à la télé pour cibler : la défiscalisation des heures supplémentaires, les possibilités d'exonération d'impôt pour les jobs étudiants, la diminution de moitié de la caution locative, et l'exonération des intérêts d'emprunt à l'achat d'une résidence principale.

Ces spots télévisés sont justifiés par le premier ministre lui même, par la nécessité de l'information des français sur leurs droits. Avec Mimile on trouve que ça fait vraiment propagande et publicité mensongère !!!

Mais ont-ils oublié que l'on pouvait ne pas être de leurs avis ? Sommes nous obligés de subir cette endoctrinement ? Les réactions risquent d'être vives face à cette atteinte à la liberté d'opinion !!

Il est…

Sarkozy vs Syndicats : A qui faire confiance ?

Un an après l'élection du président et de la mise en place du gouvernement Fillon-Sarko, les français sont en totale rupture avec le choix effectué l'an dernier.
Une rupture sur la confiance accordée à N.Sarkozy, une rupture de popularité, une rupture de bonnes opinions. Mais aussi un sentiment d'avoir été trompé sur la promesse de campagne du pouvoir d'achat, qui se renforce avec la flambée du prix du pétrole, trompé par la promesse d'un président qui se voulait le président du pouvoir d'achat.

Selon l'institut de sondage Viavoice, Sarko passe de 41% de bonnes opinions à 38%.
Les opinions négatives grimpent à 59% contre 54% en début de mois.
Ce que le sondage met le plus en évidence, c'est la part très importantes des insatisfaits.

Avec 70% des ouvriers et employés qui furent le cœur de la cible de la campagne présidentielle et 72% d'insatisfaits chez les 18-24ans à qui on a fait aussi le baratin du pouvoir d'achat, c'est toute la France et la …

Le dialogue social façon Sarkozy

Le fait est que Sarko et son gouvernement sont rentrés dans la mise en œuvre d'un calendrier de réformes, qui ne laisse aucune place à la négociation. On a l'impression d'avoir à faire à un gouvernement qui applique une politique guidée, par la simple volonté de prendre sa revanche idéologique sur la période 1997-2002.
D'où le casse du siècle sur le code du travail et sa durée légale. Une revanche idéologique sur la gauche au pouvoir portée par les socialistes, mais aussi sur les syndicats.
Depuis deux mois, le ministre du travail n'a toujours pas reçu à nouveau les organisations syndicales pour débattre du problème des retraites.
Depuis 1 an, sur les 35 heures c'est chien et chat avec le gouvernement... l'assouplissement des 35 heures ne pouvant être intégré à la loi TEPA (travail, emploi, pouvoir d'achat) votée dès Aout 2007 les syndicats rappelant que depuis la loi Larcher de Janvier 2007, tout sujet social doit être ouvert à la négociation pendant s…

La convergence des luttes se fera le 17 juin

La CGT, la CFDT, la FSU et l’Union syndicale Solidaires appellent à la grève le 17 juin. Suite aux nouvelles remises en cause de nos droits à la retraite, aux attaques frontales contre la durée légale du travail, qui font suite aux attaques contre le statut des fonctionnaires, contre les chômeurs, sans compter la baisse de notre pouvoir d’achat et l’instauration des franchises médicales... l’heure doit être à la convergence des luttes, à la préparation d’un mouvement d’ensemble pour faire céder le gouvernement et imposer un nouveau partage de la richesse produite !

Retraite: Avec un syndicat des patrons les plus rétrogrades que jamais, la liste des métiers où la pénibilité se fait la plus ressentir n'est toujours pas établie.
Quand seul 37% des plus de 55 ans travaillent, il est hors de propos d'envisager de devoir cotiser 41 annuités pour toucher une retraite à taux plein. Réglons le problème du chômage des séniors, après on verra ! Si c'est seulement 5 milliards qui manq…

Respectons tous les socialistes

Voici une interview de François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste qui a six mois du congrès de Reims fait le point sur l'état du PS.

Y a-t-il des différences entre Royal, Delanoë et Aubry?
On le verra à l'occasion des orientations qui seront présentées, et aussi des soutiens reçus qui parfois indiquent encore davantage. Je rappelle que les trois que vous citez étaient dans la même majorité – la mienne – dans tous les congrès du PS depuis dix ans. Ils ne sont donc pas si dissemblables.

À six mois du congrès, la bataille des ego est-elle repartie au PS?
Certaines personnalités s'annoncent, c'est normal, mais ça ne doit pas résumer le prochain congrès. L'enjeu est de savoir sur quelle ligne politique et avec quelle majorité le PS sera dirigé. Si on n'est que dans la compétition ou l'empêchement, il sera difficile de convaincre les Français.

Déposerez-vous une motion au congrès?
Pour l'instant, nous n'en sommes pas là, mais au stade des contrib…

Des infos et les chiffres de la semaine

N'ayant pas eu le temps d'aborder individuellement les sujets qui suivent mais qui nous tiennent à cœur, voici bruts de décoffrage notre actualité de la semaine en brèves et en chiffres.

Europe : l'Irlande est le seul des 27 pays de l'UE à devoir ratifier le traité par référendum. Les autres états membres le feront par voie parlementaire. 17 états l'ont déjà ratifié dont la Finlande et l'Estonie ce mercredi.

Compte à rebours : ce mercredi a été adopté en conseil des ministres le projet de loi "relatif aux droits et devoirs du demandeur d'emploi". Le texte sera examiné au Sénat du 23 au 25 juin puis par l'Assemblée Nationale qui l'adoptera (puisqu'ils ont la majorité) avant les vacances.
Même chose pour la réforme des 35 heures, conseil des ministres les 11 et 18 juin, les syndicats ont à peine le temps de réagir puisqu'à peine consultés, mais certainement pas en position de négocier. Une journée d'action est prévue le 17 juin face…

"Dynamitage" de la fonction publique

23.000 suppressions de postes en 2008 ainsi que le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, c'est le moyen pour Sarko et son gouvernement d'appliquer une politique de rigueur à peine cachée...La RGPP (révision générale des politiques publiques) lancée après l’élection de Nicolas Sarkozy, c'est un plan social, des licenciements déguisés, une "mobilité forcée".

Les fonctionnaires sont appelés à cesser le travail aujourd'hui contre les suppressions de postes et ce qu’un syndicat appelle le "dynamitage" de la Fonction publique, ce même mardi les cheminots ont démarré une grève reconductible contre la réforme du Fret.

Ces deux mouvements précèdent la journée d'action prévue le mardi 17 juin par la CGT et la CFDT sur le temps de travail et les retraites.

Nous avons pris l'habitude ce mois de mai de voir un gouvernement jouer le pourrissement, face à des grèves portant des revendications qui jamais n'ont fait l'obj…

Risques psychosociaux de la politique de Sarko

La situation actuelle résulte d'erreurs.. : des erreurs macro-économiques, des erreurs de choix sociaux, des erreurs de compromis qui aboutissent à un moins bien social, traduit par une régression de la qualité de vie.

Une régression depuis un an dans les domaines du pouvoir d'achat, de la santé, du monde du travail, qui créé une précarité.
Mais aussi beaucoup d'inquiétude sur les tensions exercées dans le monde du travail dans des problématiques de stress ou plus largement des risques psychosociaux qui découlent de la politique du travailler plus pour gagner plus", des lois de modernisation du marché du travail, de la remise en cause des 35 heures (par déjà beaucoup d'entreprises et les gouvernements de droite depuis 6 ans).

Le stress et les risques psychosociaux sont des sentiments vécus souvent accompagnés de harcèlement moral, de suicide, et de discrimination en tout genre qui génèrent un mal-être au travail.

Il y a de plus en plus de compétition des salari…