Accéder au contenu principal

Où en sommes nous au PS ? Parce que le temps presse !

Les représentants des six motions ont une semaine pour essayer de se mettre d'accord pour dégager une majorité qui sera présentée lors du congrès de Reims, les 14,15 et 16 Novembre. Que cela soit le cas ou pas, il y aura un vote simultané dans toutes les sections pour l'élection du premier secrétaire le jeudi 20 Novembre. Un second vote est organisé le vendredi 21 novembre si au premier, aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue.

Le calendrier, mis en place au lendemain de l'élection présidentielle pour remplacer le chef du premier parti d'opposition à la politique dévastatrice de N.Sarkozy, l'a été pour écarter l'ex-candidate.

Que de temps perdu !

Rappelez-vous 17 millions de votants pour la candidate socialiste, et une phrase qui résonne encore lors du soir de la défaite: "Quelque chose s'est levé et ne s'arrêtera pas".
Comme le dit François Rebsamen, le dispositif mis en place au PS pour remplacer Hollande, c'était un dispositif pour éliminer Royal et pourtant elle est toujours là.

Un an et demi de coups bas, de complots, de phrases assassines, n'auront pas eu raison de la dynamique créée par ses réseaux de Désirs d'Avenirs, renforcée par une vrai adhésion de ses militants, elle a su entretenir un rapport de proximité avec la base militante.
Celle qui lors de la campagne présidentielle parlait compétitivité, innovation et soutien aux PME, celle qui exige dans sa région le remboursement des aides de l'Etat perçues alors que l'entreprise bénéficiaire délocalise, c'est elle la seule du PS qui se rend sur le terrain des patrons voyous.

Et on s'étonne encore du résultat ? Elle a pourtant depuis l'élection de Sarkozy était l'opposante numéro 1, dénonçant d'abord la main mise du clan Sarkozy sur la France et la caste des financiers irresponsables qui s'en mettent plein les poches.

Depuis un an et demi, la rupture promise par Sarkozy a eu pour conséquence un début de changement important du modèle français qui n'a pu être dénoncé par un parti socialiste arrivé à bout de souffle avec une direction inaudible, car elle représente la continuité.

Que de temps perdu !

Et maintenant ? Eh bien après s'être auto-flagellé avec la soi disante "rénovation", nous avons un parti socialiste qui attend toujours le changement nécessaire à sa nouvelle dynamique.

Quelles sont les alliances possibles pour quels candidats ?

-Benoit Hamon, 41 ans, qui représente la volonté de renouveau et d'ancrage à gauche du PS, fait 19% et s'impose ainsi comme un acteur incontournable pour le futur du parti, mais il faut aussi admettre qu'il représente un courant bien connu, véhiculé par les dinosaures du PS, que sont Emmanuelli, Mélenchon qui n'assume plus, etc...
Il a laissé entendre qu'il était possible de travailler avec les signataires de la motion Royal si l'idée d'alliance avec le Modem n'étais plus de mise pour la présidentielle. Il est plus sérieux de penser qu'il puisse former un front anti-Royal en s'alliant avec Aubry. Il semble déterminé à aller jusqu'au bout de sa candidature.

-Martine Aubry, 58 ans, a participé à la gauche plurielle, la dame des 35 h a réussi le tour de force de rassembler au delà des vieux clivages et au sein des reconstructeurs différents courants tels que celui de Fabius et des partisans de DSK. Elle pourrait donc de ce point de vue faire alliance avec DelanoË. C'est sa force et sa faiblesse. Il est peu probable que l'alliance envisagée avec Hamon soit possible dans ce rassemblement. C'est soit l'un ou l'autre. Pour Martine, il faudra choisir. Reste le ticket Royal, mais franchement je n'y crois pas trop...

-Bertrand DelanoË, 58 ans : difficile d'incarner le renouveau du parti avec Hollande et Jospin à ses côtés ; il est le grand perdant de ce vote. Toutes les alliances sont possibles avec lui.


Dans tous les cas, je rappelle qu'il y aura un vote simultané dans toutes les sections pour l'élection du premier secrétaire le jeudi 20 Novembre et qu'un second vote sera organisé le vendredi 21 novembre si lors du premier, aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue. De toute façon un nouveau chef de parti sera élu !

Enfin le changement !

Commentaires

  1. Tu as raison Steph de dire que depuis le début Ségolène Royale est la véritable opposante de Sarko, elle est de mon point de vue de profane, la seule voix audible dans cette cacophonie.
    Je voudrais juste que le PS se batte pour les français et pas pour leurs égos surdimensionnés, même qi d'une certaine façon l'un ne peut pas aller sans l'autre.
    J'aime bien Martine Aubry aussi.
    J'espère que le PS va revenir à la raison...
    Bon dimanche..

    RépondreSupprimer
  2. j'ai fait valoir dans ce billet l'urgence que l'on en finisse, reste que l'on est bien obligés d'en passer par là, pour changer à travers la direction du parti le manque de perspective que nous proposait Hollande et les "Jospinistes".
    Que cela soit Aubry, Dray ou Peillon, le changement est engagé et ce n'est pas pour me déplaire.

    RépondreSupprimer
  3. En effet, que de temps perdu !!!

    Non, il ne fallait surtout pas avancer la date du congrès ! Ne changeons pas le calendrier ! A l'arrivée, ceux qui avaient parié sur l'essouflement de Ségolène Royal se retrouvent le bec dans l'eau. La motion E est en tête, les militants montrent toujours leur volonté d'un grand changement à la direction du PS. Et on a perdu un temps ! Imaginez ce que l'équipe de la motion E aurait déjà pu faire au PS durant cette année !

    Avec Ségolène (et l'équipe de la motion E), hier aujourd'hui et demain pour le renouveau du PS !

    ELN

    RépondreSupprimer
  4. Dans la semoule ...

    Voilà où vous en êtes ..

    Et d'ailleurs, Garbit, a bien vu le danger qui vous guette :

    Rappel de conserves de couscous ROYAL Garbit : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/08/01016-20081108ARTFIG00574-rappel-de-conserves-de-couscous-royal-garbit-.php

    Espérons que le socialisme comme je l'entends finira par l'emporter, soit celui de Benoît Hamon ...

    Sinon, mes sincères condoléances ..

    [Oui je sais, c'est Kitch, mais au moins, y'a de la conviction, des valeurs, de l'espoir, du So-Cia-Lis-Me .. Mais je comprends fort bien que vous soyez résignés et décidiez d'être de centre-gauche mou ...]

    RépondreSupprimer
  5. @ ELN

    Le changement de ligne est maintenant acté !

    @ Philippe Sage

    Je n'ai pas envie de polémiquer avec toi sur la capacité ou non du PS à faire alliance avec le Modem. C'est un peu trop facile...:)

    Bon début de semaine à vous deux.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    En quoi Mme Royal est la seule opposante à la politique du gouvernement actuel? (vous noterez que je ne personnaliste pas à une personne, car c'est une politique)

    Mme Royal a présenté jusqu'à maintenant les signes claire qu'elle veut collaborer avec le système capitaliste (dans la ligné du PS ayant depuis longtemps oublié volontairement le sens de "réformisme"). Et collaborer avec le capitalisme ça veut dire collaborer! Pas réformer. C'est contre-réformer le système social. C'est justement defacto aller vers le capitalisme.

    Donc ce n'est pas du socialisme.

    Donc ce n'est pas progressiste, c'est réactionnaire.

    J'imagine que ce sont des mots qui ne font pas plaisir à lire. Dieu merci le niveau de conscience politique de la population est ridicule (et d'ailleurs à ce train là on votera la suppression de la démocratie à ce train là, et "nous" serons persuadé que ce sera "LA" solution).

    Bref, je vais vous laisser avec une citation, non pas que ça fasse bien mais qu'elle laisse réfléchir sur les bonnes questions:

    "nous ne pourrons bientôt plus critiquer efficacement le capitalisme, parce que nous n’aurons bientôt plus de mots pour le désigner négativement" (Herbert Marcuse)

    Alors maintenant regardez la communication dans les entreprises...

    L'aliénation et les cadences infernales que certains subissent s'appellent "projet d'avenir" (sic) avec suicide à la clé pour les exploités qu'on appele "collaborateur" (ça sonne mieux hin, et puis c'est pas du tout la même chose par rapport à la REALITE DU SYSTEME CAPITALISTE BON SANG).

    Les miséreux sont devenus les pauvres puis les "défavorisés". Les défavorisés sous entendraient qu'ils n'ont pas eu de chance? Quelle chance? L'ascensseur social de notre société c'est quoi? 1 cas sur 100? Sur 1000?! Oui on connait des gens qui "réussisent" mais à quel prix et comment? Et les autres? Il méritent quoi les autres?

    Toutes ces problématiques de remise en cause du capital vos élites "socialistes" qui ne méritent aucunement ce qualificatif (et je parle des élites) ne pourront JAMAIS RESOUDRE NOS PROBLEMES pour la bonne raison QU'ILS NE POURRONT JAMAIS LES COMPRENDRE.

    Ensuite sur M. Hamon, pour avoir entendu une "militante engagé PS" à son intervention de Toulouse sortir "je suis pour la régularisation des sans papiers qui travaillent, mais les autres dehors!" et SE FAIRE APPLAUDIR!!!!! Et M. Hamon sans condamner? Bon sang mais le niveau de politisation, d'analyse critique du capitalisme et de la société d'exploitation est-il tombé si bas? Car c'est GRAVISSIME qu'une personne politisé balance une telle absurdité et pire, SE FASSE APPLAUDIR!!!

    Ce qui me fait vous dire que le PS n'a plus d'avenir, il doit disparaitre au bénéfice d'un vrai front unique de GAUCHE (et le PS, désolé même si vous avez des SENSIBILITéS de gauche en tant que militants de base votre partie est de droite par sa direction) et le combat de l'entreprise c'est NOUS tous qui devons le mener (comprennez par là vous syndiquer, prendre les formations syndicales etc.).

    Malgré mes mots toujours, ce n'est pas un procés à vous personnellement mais libéré vous de ce mauvais jeu que l'on vous joue et aidons les autres à s'en sortir.

    Salutations communistes!

    RépondreSupprimer
  7. Je ne suis pas sûr que nos leaders politiques ne comprennent pas nos problèmes, puisque selon toi ils ne les résolvent pas parce qu'ils ne les comprennent pas...
    Il faut être très concret et dire la vérité aux français, il est possible lors d'un quinquennat de faire deux à trois grande réformes tels que les 35 heures pour la gauche ou le paquet fiscal pour la droite : ce type de réforme qui demande des moyens colossaux 15 à 60 milliards en 5 ans paralyse les moyens de l'Etat pour réformer...

    Pour ce qui est de l'engagement du citoyen, je suis entièrement d'accord avec toi pour affirmer en tant que syndiqué (eh oui c'est possible d'être socialiste et syndiqué à la CGT) qu'il faut que chacun se sente concerné par le combat de nos intérêts dans le monde de l'entreprise et que c'est nous qui devons le mener ! (même si des négociations tripartites avec l'Etat sont préférables sur des sujets tel que l'augmentation de tous les salaires)

    Pour revenir au début de ton commentaire sur la partie idéologique de ta critique du socialisme d'aujourd'hui, il est effectivement très clair et c'est écrit dans notre déclaration de principe que : "Les socialistes s'affirment partisans d'une économie de marché régulée par la puissance publique ainsi que par les partenaires sociaux"
    Dire le contraire aujourd'hui et prétendre que l'on peut remplacer le capitalisme est un phénomène de mode due à la crise financière et j'entends aucune proposition concrète d'un système qui pourrait le remplacer, en dehors du communisme.

    Ce qui m'amène à l'actualité du PS et du congrès de Reims où on le voit bien, ce sont deux lignes politiques qui s'affrontent sur le choix des alliances dans le cadre d'élection nationale.
    On a en fait des socialistes qui dans le concret des propositions se rejoignent, mais qui ne se mettent pas d'accord sur la possibilité de faire des contrats de gouvernance tel que celui de la gauche plurielle 97-2002.

    Je trouve ce type de posture complètement vieillotte, car il est préférable de miser sur la capacité qu'à le parti à être un parti fort, fort du nombre de ses adhérents et de ses résultats propres à une élection, plutôt que de spéculer sur des alliances qui permettraient de faire gagner son camp... Car effectivement si on se prête à ce petit jeu, on voit bien que la gauche plurielle ne pourrait plus gagner une élection nationale au vu des résultats de la dernière élection présidentielle de 2007, où on constate que l'offre politique des communistes ne ramène plus que 1 à 4% des suffrages...

    Non ! tout cela est ridicule, il ne suffit pas de faire des additions pour croire que l'on est en position d'accéder aux plus hautes responsabilités de l'Etat, mais peut-être faut-il tout simplement se convaincre que l'on est bien du même camp : à savoir celui qui défend les intérêts des différentes cultures de Gauche.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…