Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2009

Sarkozy monopolise les médias, contrôle les sondages, manipule l'opinion publique

Faut-il s'étonner, s'indigner surement, mais est-il surprenant d'apprendre aujourd'hui que l'Élysée soit épinglé par la cour des comptes ?

Qu'apprenons nous au juste ? que notre président Bling Bling aime "la belle vie" ! Dès que l'occasion se présente, il s'arrange très vite de son planning, et de ses rendez-vous pour recevoir à grand frais, pour voyager et se donner du bon temps entre deux rendez-vous diplomatiques.

Rien de très étonnant, même si tout n'est pas acceptable.

Non ce qui me parait le plus génant, c'est la manipulation de l'opinion publique à travers les sondages. Le rapport de la cour des comptes révelerait des pratiques douteuses d'ordre politique et déontologique.

C'est Marianne qui s'en fait l'écho, mais pour résumer, un budget de 1.5 millions d'euros et des factures de 400 000 euros pour des sondages commandés à l'institut de sondage Opinion way.

Problème et pas dès moindre, quand le Figaro et …

le projet de loi sur le travail le dimanche passe

Alors que Valls répond à Aubry par courrier intercalé et que c'est toute la presse qui se fait l'écho de cette guerre des petits chefs, l'actualité suit son cours et cet accrochage interne au PS n'est plus qu'un fait parmi tant d'autres.

Pendant ce temps là :

la proposition de loi sur le travail le dimanche a été votée. le Parti Socialiste avait épuisé les 19h50 qui lui avait été attribuées dans le cadre de la nouvelle procédure limitant le temps de parole. Alors on ne peut pas leur en vouloir d'avoir alerté et de s'être opposé avec les moyens dont ils disposent.

Mais que voulez-vous, la presse et les médias en général préfèrent l'actualité spectacle, celle qui parle des guerres internes du PS, celle qui voit se confronter les personnes plutôt que celle qui parlent des hommes et des femmes qui défendent l'intérêt collectif, comme dans le travail le dimanche.
Enfin tout n'est pas fait, reste le conseil constitutionnel et le sénat pour dire si il …

Lettre ouverte à Madame Martine AUBRY, Première Secrétaire du Parti Socialiste.

Les réactions ne se sont pas faites attendre ce matin sur Facebook, l'affaire Valls révèle le profond désarroi des militants qui ne comprennent pas cette suite de mascarade, et de règlements de compte qui finissent par confronter trop souvent les socialistes entre eux.

Mais là c'est différent, c'est Martine Aubry elle même qui monte au créneau et qui du même coup nous rappelle vivement la confrontation du congrès de Reims. Si le courant battu, celui de la motion E, n'avait pas accepté le résultat et s'était laissé tenter par l'aventure de la création d'un nouveau parti comme celui de Mélenchon, le Parti socialiste d'aujourd'hui n'existerait plus, parce que vidé de la moitié de ses militants.

Alors quand Martine Aubry s'en prend à Valls, l'un des représentants de la motion E, c'est toute une partie du parti socialiste qui ne se sent pas respectée.

Jusqu'à ce point : voici une lettre ouverte écrite à Martine Aubry, par militant-social…

Enfin de l'ordre et de la cohésion au PS ?

Serait-il venu le temps du vrai règlement de compte au parti socialiste ? Il était temps que l'ordre soit de nouveau rétabli en son sein, Aubry a décider de recadrer Manuel Valls par un courrier qui pourrait être résumé ainsi, le PS tu l'aimes ou tu le quittes.

Sauf que dans ce courrier, M. Aubry expose les raisons de sa demande mais ne rappelle pas pourquoi Valls est en désaccord avec elle. Suffirait-il d'envoyer une lettre à chacun des socialistes pour être tous d'accord ? surement pas et je ne suis pas convaincu que la solution soit la bonne.

Parce que si sanction il doit y avoir, il faut aussi recadrer beaucoup d'autres. En premier lieu, ceux qui ne respectent pas le vote des militants. Comme Emmanuelli ou Fabius, qui ont fait campagne en 2005 pour le non au traité constitutionnel Européen. Eh oui, c'est depuis ce temps là, que chacun y vas de son avis perso au PS.

Alors Martine, on pourrait être ok avec toi, si ta volonté de donner l'image d'un parti …

Syndicalisez vous ! Ce message s'adresse a 8 millions d'entre vous !

C'est vrai que cela fait un moment que la gauche a bien du mal à communiquer avec les français.

Les sondages nous le rappelant sans cesse, les français ne font plus confiance dans les politiques menées et ne considèrent pas l'opposition capable de faire mieux. Un aspect intéressant à l'un de ces sondages a été de préciser même, que les français feraient plutôt confiance aux syndicats, plus qu'aux politiques pour résoudre et défendre leurs interêts.

Cela me fait penser que nous ne pouvons pas attendre tout des politiques. Enfin il me parait intéressant de le rappeler parce que j'ai parfois l'impression que le jugement que nous faisons de nos politiques à gauche est un peu dur, oubliant qu'ils ne font que proposer (ou pas) des politiques alternatives à celles appliquées par le gouvernement en place, et que du même coup on ne peut savoir si les propositions avancées sont efficaces, puisque les forces politiques à gauche ne sont plus aux responsabilités depuis dé…

Sarko monopolise les médias.

Ne pas en parler, serait en quelques sortes une acceptation, voir une normalisation de cet état de fait, Sarkozy contrôle les médias. Sont-ils responsables, conscients et coupables de ces partenariats ? Il y a vraiment de quoi se poser la question.

On se demandait déjà si il y avait encore une presse d'opposition, là avec cet entretien sur france 5 hier soir, ce 13 juillet, on a carrément un service public audiovisuel purement et simplement mis au service de la communication politique, le débat démocratique est totalement évacué au profit d'une accumulation de louanges, reprenant mot pour mot la propagande politique du président, de son gouvernement et de son parti. Les deux journalistes, dans leurs commentaires, n'ayant de cesse de justifier les choix de Nicolas Sarkozy, analyse ce matin Benoit Hamon.

Cela compte ! Après l'entretien exclusif dans "le nouvel Obs", après toutes ces implications du Président dans le travail de rédaction de nos journalistes, où es…

Aubry appel à l'union de la gauche raté.

Franchement nulle Aubry et ses acolytes du bureau national, évidemment il fallait lancer cet appel à un rassemblement de cette gauche éparpillée et désunie. Mais pas comme cela ! On a plus l'impression ici que cela a été fait, plus par principe que par conviction.

Et vraiment je ne suis pas un anti-Aubry, mais réellement, est-ce que cela pouvait se dérouler autrement ?

On n'aurait pas pû s'y prendre plus mal.

Après avoir donné l'image rigide d'un parti qui ne prenait pas à la légère ces alliances possibles, depuis le congrès de Reims et ceux même avec la moitié du PS, s'arrangeant des alliances avec le Modem, refusant de faire campagne lors des européennes avec d'autres, ne voyant pas le résultat pourtant prévisible des verts aux élections Européennes, Aubry ne pouvait espérer rassembler la gauche faisant fit des huit mois écoulés.

Mélenchon n'est pas partant, Bayrou compte bien glaner quelques régions, Cohn Bendit le dit franchement : le PS nous casse les …

Les seuls socialistes au travail

DA et EAG, Désirs d'avenir et "Notre espoir à gauche". Le réseau militant issu de la motion E du Congrès de Reims et l'association de Ségolène Royal restent à mon sens la force de proposition la plus en mouvement au sein du parti socialiste.

Les universités participatives se déroulent et les débats semblent prometteurs. Enfin il semble que certains socialistes commencent à se poser les bonnes questions. A savoir Quel modèle de développement économique et social pour l'après-crise, les sujets soulevés sur la santé, la sauvegarde de l'emploi et la qualité de vie, montrent une alternative politique que Solférino seul, ne permet pas de garantir.
Ce n'est pas dire que le PS ne propose plus, mais plutôt qu'il a du mal à travailler ensemble.

Je ne vais pas prendre d'exemple mais il me semble que certains pourraient se retirer et laisser place à la nouvelle génération qui va faire le PS de demain.

Travailler le Dimanche, RSA, assistanat des entreprises : la France de Sarko

Il y a un temps politique pour tout. Sarkozy l'a tellement bien compris, qu'il essaye au mieux d'être dans un timing de communication qui lui permette encore d'apparaitre comme maitrisant les situations.

Mais ce n'est que de l'image, la réalité est plus terne ! L'exemple en est, celui du travail le dimanche, un objectif pour Sarko à travers cette mesure qui d'après tous les experts n'apportera pas plus de croissance dans les tissus économiques concernés, l'objectif est de montrer que le gouvernement maitrise la situation de l'emploi et le pouvoir d'achat des personnels concernés, alors qu'il en est rien en réalité. Une politique clientéliste une fois de plus qui concerne quelques 150 000 français au plus, mais tous ces personnels ont-ils bien compris qu'au lieu de travailler trois à cinq Dimanche dans l'année, c'est 52 Dimanches, qu'il faudra travailler !

Le RSA aussi, encore un dispositif "alibi" qui permet p…

De la com et de la pub, mais toujours pas de dialogue social.

La rencontre entre les syndicats et Sarkozy a donc bien eu lieu sur les mesures sociales face à la crise. Et franchement, on ne s'attendait pas à autre chose quand après le 29 janvier, le 19 mars et le 1er mai, Sarko avait prévenu qu'il rencontrerait les syndicats vers le 30 juin pour une première analyse des mesures sociales du plan de relance. Ignorant les 26 mai et 13 juin, je dirais simplement que ce N.Sarkozy a une certaine idée du dialogue social...

Et puis y a la mise en application de la TVA à 5.5%, cette fois l'UMP assume ! Dans le cadre d'une politique clientéliste (une de plus) aucun complexe à envoyer des bulletins d'adhésion aux restaurateurs. On aura tout vu, après le petit livre de Rachida Dati sur son bilan au ministère de la justice, les Sarkosistes font dans l'auto-promotion, mais toujours pas de dialogue social.

Il y a eu aussi, ce débat lancé d'abord pas Mr Hortefeux alors qu'il était encore en charge des affaires sociales au sein du m…