Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2010

Retraites : Deuxième phase de contestation

La mobilisation contre les modifications d'âges de départ à la retraite n'est pas terminée. Les grèves, qui avaient pour but le blocage de l'économie, prennent fin et nous entrons dans une seconde phase de contestation.

Comme pour le CPE, maintenant que la loi est votée, le rapport de force n'est plus de la seule responsabilité du chef de l'état et de son gouvernement, puisque cette nouvelle phase de contestation remet en cause la légitimité de notre "démocratie représentative". L'intox va donc venir aussi des députés de la majorité qui ont voté cette loi. Il faudra s'en souvenir quand il s'agira de les élire à nouveau.

Durant le débat parlementaire, il était question d'influer pour obtenir de nouvelles négociations, aujourd'hui il est question du retrait de la loi.

Alors bien sûr on entend déjà "vous n'aurez qu'à bien voter en 2012", le but étant de mettre fin à la mobilisation sociale qui reste forte quoi qu'on e…

Vite la promulgation ! L'abrogation c'est mieux...

Qu'il en soit ainsi, une fois la loi sur les retraites promulguée, nous pourrons en réclamer l'abrogation. De quoi s'interroger sur les stratégies adoptées.

Du côté du chef de l'état, on peut dire qu'il a plutôt bien manœuvré. Un calendrier de la réforme annoncé en début d'année, une cession extraordinaire de l'assemblée nationale l'été, des procédures accélérées dans les deux instances cadrant le débat parlementaire, tout a été savamment planifié pour que la loi soit promulguée juste avant un remaniement annoncé précocement, qui permettrait de passer à "autre chose".

Du côté des syndicats, les français auront remarqué qu'ils avaient su se mettre en capacité de s'opposer à un projet de réforme jugé injuste par une majorité écrasante de l'opinion publique (71%, aujourd'hui 63 %). Si il y a un reproche à formuler, c'est surement d'être parti légèrement trop tôt dans un mouvement dur de grèves reconductibles.

C'est mainte…

Capitulation de la CFDT

Chez nous, nous les appelons "les autres". Souvent imprévisibles, cherchant toujours à se démarquer de positions communes pourtant recherchées par l'ensemble des organisations syndicales représentatives, la CFDT a une fois de plus imaginé à sa façon une sortie de crise.

Déjà entre les 12 et 16 Octobre, nous avions senti F.Chérèque hésitant, signifiant que ces journées de mobilisation étaient les dernières, puis reconnaissant, obligé et poussé par une mobilisation importante que : "Les salariés nous demandent de continuer et on le fait"

Mais constatant la légitime reprise du travail (après trois semaines de pertes de salaires) dans certains secteurs d'activité, très vite interprétée comme étant un essoufflement de la mobilisation, la tentation fût forte de tirer profit de la situation.
La traditionnelle "politique contractuelle" de la CFDT a fait son œuvre, c'est ainsi que cette organisation syndicale se justifie quand elle est seule à vouloir s…

Retraites : Le conflit continue

La petite complainte anti-grève se fait entendre depuis que le projet de loi sur les retraites a été adopté au Sénat. Si Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkozy a indiqué ce dimanche que la loi réformant les retraites devrait être promulguée autour du "15 novembre", la bataille de l'information ou plutôt de la désinformation va faire rage ces trois prochaines semaines.

Et bien sûr on entend souvent dire qu'il faut respecter le travail de nos élus ; que la loi étant votée, il faudrait attendre 2012 et respecter le vote démocratique. Mais c'est oublier qu'il n'est pas interdit dans ce pays de contester une loi par les voies légales, et n'en déplaise à certains, le droit de grève est encore un droit légal, qui permet de contester la mise en application d'une mauvaise loi.

Si on se demande qui sortira gagnant de ce rapport de force entre gouvernement et syndicats, on sait qu'il y a des pertes économiques pour beaucoup de petites entrep…

Honteuses atteintes au droit de grève !

Nous vivons un moment historique dans les atteintes au droit de grève. Entraves par des réquisitions supposées illégales, répression policière, tabassage de grévistes à coups de pieds, démantèlement de piquets de grève sont les dernières forfaitures d'un gouvernement qui ne respecte plus un droit reconnu et garanti par la constitution.

Lorsqu'un salarié est en grève, son contrat de travail est suspendu. Son employeur n'a plus de droit de subordination et ne peut plus exercer d'autorité sur son personnel en grève. Il ne peut donc le "réquisitionner" qu'en cas de "force majeure".

La sécurité, l'ordre, la salubrité sont les principales raisons reconnues par une loi de 2003 impulsée par Nicolas Sarkozy pour invoquer un cas de sécurité publique qui réduirait la portée du droit de grève.

L 'article L. 2215-1 4° du Code général des collectivités locales est invoqué. Il stipule qu'"en cas d'urgence, lorsque l'atteinte constatée ou…

De plus en plus mobilisés localement Vs Déblocage Présidentiel

Il ne suffit pas que le chef de l'état décide du déblocage des dépôts de carburant pour que sa volonté se traduise dans les faits. Ce ne sont pas des décisions de répression anti-grève prises à Paris qui permettront aux français de remplir leurs réservoirs.

Les français souhaitent que Nicolas Sarkozy fasse une pause dans les réformes. Pour celle des retraites, ils sont 62 % à le penser, 80% des personnes interrogées se disent ainsi favorables à une reprise des négociations avec les syndicats, quand 61% souhaitent une modification partielle du projet, 60% une modification profonde, 43% un retrait complet, et 36% une suspension du projet. Répondre à la volonté des Français, voilà ce qui permettra de débloquer la situation.

La continuité et l'action des organisations syndicales est donc légitimée par la mobilisation et approuvée par les Français.

L'action continue :

La CGT appelle les organisations syndicales de chaque entreprise où elle est représentée à réunir ses adhérents …

Grève générale jusqu'au retrait total !

La France puise dans ses stocks pétroliers industriels, le gouvernement prône la fermeté face à un regain de tension, de nombreux incidents éclatent autour des lycées bloqués, des actions "coups de poings" des routiers dans quinze régions se multiplient, l'opposition ne lâche pas prise le vote au Sénat pourrait être retardé, l'essoufflement escompté par Nicolas Sarkozy est au contraire une généralisation de la mobilisation.

Peut-il tenir longtemps comme cela ? Il est le seul responsable de cette chienlit. Laisser croire que le gouvernement maitrise la situation est un déni, une mascarade éhontée.
Prétendre comme l'a fait Mr Fillon hier, lors du JT de TF1, un dimanche soir de grande audience que l'État peut s'opposer au blocage de l'économie, qu'il peut réquisitionner des personnels grévistes, débloquer des piquets de grève est une supercherie. C'est mal connaitre la capacité de mobilisation des salariés.

Participant à des AG (assemblée générale) …

Retraites : Et maintenant ? Tenir bon !

L'appel à la blogosphère prend maintenant tout son sens. Alors que chacun est attentif à la reconduction du mouvement dans le secteur voisin à son activité, les médias dominants focalisant surtout sur les transports, c'est maintenant qu'il faut tenir bon, relayer un appel fort à la mobilisation.

Selon la presse le climat est explosif. Si il est encore tôt pour parler de paralysie du pays, les signaux envoyés par les manifestants et les grévistes sont importants.
Forte mobilisation dans les cortèges ce mardi avec 3.5 millions de manifestants. Nous devons être aussi nombreux ce samedi 16 Octobre.
Les ports sont bloqués, les six raffineries Total sont à l'arrêt, la pénurie est "bien à l'ordre du jour"
Des jeunes hissant des barricades bloquent l'entrée des lycées dans un blocus généralisé.

Il faut donc maintenant soutenir ces populations en première ligne de la contestation qui représente l'intérêt collectif. Nous pouvons gagner, et sauver le droit à la…

A Bayonne et partout en France la mobilisation est massive

A Bayonne, la mobilisation augmente, les cortèges étaient plus fournis, étoffés, structurés. La participation des lycéens et étudiants donne une touche plus "animée". Des accessoires, des banderoles plus colorées, des chants et des slogans montrent que la population s'installe dans un conflit où l'on prend certaines habitudes, on prend ses marques, on prend plaisir à manifester. Voyez le sourire de ces dames...

La réforme, faite pour les jeunes, les a pourtant massivement mobilisés contre elle.

La barre des 16 000 manifestants est donc largement passée à Bayonne, qui ne désarme pas.Wikio

"Des dérives dans la radicalisation"

Alors que le bras de fer continue ce mardi contre la réforme des retraites, la course à l'intox poursuit son chemin. Hier il était urgent de voter au Sénat les dernières mesures d'âge sur le report à 67 ans pour une pension sans décote, aujourd'hui l'essoufflement du mouvement sera le discours des membres de l'exécutif. La communication du gouvernement est ici un jeu de posture pour passer en force une importante réforme de régression sociale.

Les sarkozistes de tout poil ont lancé une grande offensive de manipulation de l'opinion publique depuis quelques jours. Le but, culpabiliser des grévistes irresponsables, les jeunes manifestants, une population qui aurait la tradition de la grève.

"Il sait que tout peut péter" - Nicolas Sarkozy qui suit de près l'avancement de la mobilisation ne serait pas aussi serein qu'il n'y parait.

Les raisons de cette inquiétude présidentielle sont légitimes. Parce que nous sommes dans les postures, dans l'in…

Retraites : Appel à la blogosphère politique

Pour soutenir les journées de grèves, de manifestations du 12 et 16 Octobre et les grèves reconductibles.

Les jeunes, lycéens et étudiants manifestent partout en France. Pour les salariés, la mobilisation s'élargit en grève reconductible aux secteurs des transports, SNCF, RATP, Routiers, Dockers et personnels portuaires, aux secteurs de l'énergie 140 entreprises dont EDF-GDF, aux personnels des secteurs de la pétrochimie, des raffineries TOTAL, secteurs de la métallurgie, de plus en plus de secteurs publics, de l'industrie, de La Poste et France Telecom, d'Air France, des magistrats et personnels de justice, la liste s'allonge de jours en jours.

Messieurs, Dames de la blogosphère, il est temps de sortir l'arsenal numérique, le billet qui fait mouche, ceci est un appel au militant de l'internet qui sommeille en vous.

Ne sentez vous pas qu'il se passe quelques chose ?

Ce gouvernement va se rendre compte qu'il ne faut pas sous estimer l'indignation q…

Écoutez le peuple !

La réforme des retraites montre une nouvelle fois, que tous les pouvoirs sont concentrés en un seul homme, Nicolas Sarkozy.
Sur ce dossier, le ministre en charge de la réforme n'est plus que son porte parole.

L'assemblée nationale a une large majorité. Le Sénat n'a aucun pouvoir.

Voyez l'illustration ci-contre, nos sénateurs n'ont plus que pour seul moyen d'action la "manifestation" que de brandir une banderole dans un sénat qui n'a aucun moyen de peser.

Il ne peut que proposer des amendements que l'assemblée nationale acceptera ou pas. Et c'est bien là le problème, il n'y a aucun contre pouvoir en France.

La réforme du quinquennat, qui a réduit le mandat du Président de la République de 7 à 5 ans, donne logiquement les "pleins pouvoirs" à un seul homme, puisque celui-ci constitue son gouvernement avec une majorité absolue au Parlement dans des législatives qui ne servent qu'à confirmer la victoire d'un camp politique. Dès…

Nous sommes tous Marseillais !

Alors que les organisations syndicales se réunissent ce soir à Paris pour décider de la suite à donner au mouvement sur les retraites, en perspective de la journée du 12 Octobre, la question de durcir le mouvement se pose.

A Marseille ça pousse ! Voilà un peuple fier qui donne l'exemple. C'est la base qui souhaite imposer à ses confédérations une grève générale reconductible.

Depuis plus de dix jours ce sont les personnels des cantines qui sont en grève reconductible, des arrêts de travail sont de plus en plus nombreux à la RTM, les bus Marseillais. Les agents des impôts et les employés du Conseil général ont commencé aujourd'hui leur grève reconductible.

On sait depuis Vendredi, que les dockers de Fos sur mer ont bloqué les ports. Si les terminaux ont repris un semblant d'activité aujourd'hui, l'activité pétroliére reste en grève. Déjà les premiers scénarios de pénurie d'essence s'échafaudent, obligeant l'état à prendre des décrets pour fair…

Une semaine de merde, un Samedi réussi !

Il y a des semaines où rien ne va pour le mieux, loinauséabondesurl'immigration, plan d'économie sur le dos des malades, sur fond de manipulation d'opinion publique pour casser un mouvement de contestation sur les retraites qui prend forme.

La stratégie des syndicats n'est pas toujours comprise, et les critiques sont bien légitimes quand on se souvient de la tournure des évènements en 2003 lors de la réforme Fillon.

Mais à chaque mouvement, le contexte a son importance, le rapport de force est différent. Si la CFDT s'est rendue coupable en 2003 d'accepter l'allongement de la durée de cotisation, elle reste inflexible sur les mesures d'âge aujourd'hui.
F.Chérèque a proposé cette semaine que le projet soit appliqué sans les mesures d'âge justement, au moins jusqu'en 2015, pour que le débat puisse suivre son cours. Aucune chance qu'il soit entendu, N.Sarkozy joue avec cette réforme un tournant décisif dans la fin de son mandat. La position de …