Accéder au contenu principal

2010 - Génuflexion au tout marché

La fin de l'année est déjà là, il est temps de faire un bilan sur une année particulière et d'envisager la suite à notre histoire.

Pour mieux appréhender l'année 2010, il faut revenir au contexte économique et social de la fin 2009.

L'idée de N.Sarkozy fût donc d'investir dans l'économie en permettant aux acteurs économiques d'emprunter pour les uns, ou d'être soutenus par des mesures d'adaptation à la crise pour les autres. Cela s'est traduit par le financement de politiques publiques de type chômage partiel (création de l'Apld), grand emprunt, bonus écologique, prime à la casse, et autres avantages de défiscalisation, d'exonération de charges sociales aux entreprises.

Une année noire où le choix d'une relance par l'investissement a nettement prévalu à des politiques de relance par la consommation, où évolution des salaires, pouvoir d'achat et croissance économique ont été très faibles, quand la puissance publique annonçait faire tout pour les soutenir.

L'année 2010 permet donc d'établir le constat d'un échec de l'action de Nicolas Sarkozy.

Et pourtant, il y a eu une débauche de moyens, pas ceux que l'on souhaiterait quand on soutient des politiques de gauche, mais les dépenses sans retour sur investissement sont bien là. En dette cumulée, la France est passée de 1400 milliards à plus de 1550 milliards de dettes sur cette période, soit 10% de dettes en plus en une année, quand il a fallu plus de trente ans pour en arriver là.

Et il y eu la scélérate réforme des retraites, celle que Nicolas Sarkozy disait ne pas vouloir faire. Contraint par les agences de notation qui auront pressuré les états à tous les sacrifices, cette génuflexion au "tout marché" fût l'ultime preuve que rien n'avait changé, qu'aucune leçon n'avait été tirée de cette crise financière.

C'est aussi la meilleure preuve que le diktat libéral est largement contestable. Pour éviter cette dépendance aux banques, celles qui sont la raison de la crise, il faut éviter aux états de continuer à s'endetter. Mais ce ne fût pas le choix de N.Sarkozy.

Rendez vous compte, en choisissant de rogner sur la dette sociale quelques milliards sur la sécu, sur les caisses de retraites, sans financer d'une manière pérenne cette protection sociale, le chef de l'état a clairement choisit le status quo. Notre problème de financements reste entier. La seule action du Président Français aura été de faire pression sur le marché (bancaire et des états prêteurs comme la Chine) pour préserver sa capacité à s'endetter, un comble.

Autant dire qu'il n'y a rien de courageux, qui ne soit en rupture avec les agissements du passé ; Nicolas Sarkozy a agit comme l'aurait fait Jacques Chirac, sinon pire.

Wikio

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…