Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2011

B.Apparu doit ouvrir les places d'hébergement supplémentaires d'urgence qu'il le veuille ou non, la loi l'y oblige !

C'est ce soir, à 21 heures, que les expulsions locatives s'arrêtent temporairement jusqu'au 15 Mars 2012. L'occasion de revenir sur cette honteuse réalité, de cette centaine de milliers de personnes pour qui on décide qu'ils doivent quitter leur logement, de ces dix mille hommes, femmes et enfants, que la force publique jette dans la rue chaque année.

Expulsions locatives ? Et la loi DALO ? Et les places d'urgence supplémentaires ? Trêve hivernale ?

Un sursis de quelques mois, c'est tout ce que nous sommes capables de mettre en oeuvre politiquement pour les locataires en grande difficulté ?  Cette hiver encore des centaines de milliers de logement seront vides, alors que des français dorment dehors ?

Le gouvernement n'est il pas hors la loi ? (voir la fin du billet)

Droite "Pop" Vs Droite "Humaniste" : Aujourd'hui, nous avons une droite aux responsabilités tiraillée entre un courant très dur, qu'est la droite "populaire&…

Atterrissez les Hollandolâtres !

A la lecture du billet d'Elmone, je repense au billet d'Annie sur le vote des classes moyennes, et aux commentaires de N. Jegoun à ce billet.

Le pote d'Elmone qui a toujours voté à gauche lui explique qu'il pourrait ne pas voter pour Hollande au second tour de la présidentielle, que Nicolas Sarkozy est plutôt convaincant dans cette dernière séquence de la gestion de la crise de la dette.

Annie se demande où va se diriger le vote des classes moyennes. Elle fait aussi le constat que les classes sociales ont évolué, je vous livre le commentaire que j'ai mis dans son billet "Une chose est sûre, les catégories socio-professionnelles bougent au sein de nos entreprises, la posture des années 90 qui a consisté à prétendre que la France n’était plus une terre d’industrie a été une grosse erreur. Cela a dévalorisé les métiers des ouvriers à qui on expliquait qu’il coutaient trop cher… En a découlé une résignation, qui aujourd’hui se traduit par une radicalisation de la …

Bachar Al Assad, t'es dans le viseur ! Nous enlevons nos oeillères.

Du chantage ? Bachar Al Assad promet à l'occident un séisme en cas d'intervention de la communauté internationale. Pas de bol, c'est la ligue Arabe qui menace d'une intervention.

La répression en Syrie atteint un niveau jamais vu, soit nous gardons nos oeillères soit nous affrontons "ensemble" l'insoutenable. 3000 morts depuis le mois de Mars.

Les discours moralisateurs sur les conséquences des révolutions Arabes en Tunisie, en Lybie, ne doivent pas occulter que le peuple Syrien est en attente d'une décision de la communauté internationale. Un peuple est sous la répression d'un dictateur, si nous ne connaissons pas tous les tenants et aboutissants des problématiques internes en Syrie, elles ne peuvent que devenir secondaires face à l'urgence d'un peuple qui souffre.



Pour un homme sans œillère, il n'est pas de plus beau spectacle que celui de l'intelligence aux prises avec une réalité qui le dépasse.
Albert Camus

Mayotte, loin des yeux loin des coeurs ? Attendrons nous qu'il y ait des morts ?

Au moment où l'on envisage d'augmenter la TVA, le 101e département français manifeste depuis plus d'un mois contre la vie chère. Le peu de relais au sein des médias de l’hexagone ne permet pas un rapport de force suffisant pour que les négociations avec le gouvernement aboutissent sur une baisse des prix concernant les produits de première nécessité.

Une revendication légitime : Sur une île où l'économie est fragile, où le chômage est important, 18%, 30% chez les jeunes de moins de 25 ans, les négociations pourraient très vite aboutir si il y avait une réelle volonté politique.
La principale revendication des "bouénis", ces mères de familles, piliers de la société mahoraise, est d'obtenir une baisse des prix sur quelques produits "seulement" de première nécessité tel que le riz, ou les bouteilles de gaz qui permettent de cuisiner au quotidien.

De fortes tensions sociales s'accroissent depuis plus d'un mois, aboutissent à des violences, d…

N.Sarkozy : Qu'est-ce que vous vous souvenez d'eux ?

En titre, c'est une tentative de Nicolas Sarkozy de formuler une question. Vous allez me dire que c'est un coup bas, que de relever une erreur d'élocution, que ce n'est pas si grave au vu des problématiques soulevées dans son intervention. Sauf que dans ce questionnement, il y a toute la posture, le plan "comm" du locataire de l'Elysée.

Cela commence par souvenez vous de l'entrée de la Grèce qui fût une erreur dans la zone Euro, c'était en 2001, une erreur des dirigeants d'alors, première attaque sur le gouvernement Jospin.
Sur le sauvetage de la Grèce, tout a été dit. Résumé, au lieu de mettre sous tutelle les banques, c'est la Chine qui nous met sous tutelle.

Une Europe de droite avec un couple franco-Allemand de droite a donc décidé la bonne chose, que d'obliger les banques à effacer une partie de la dette Grèce, en utilisant le très mauvais moyen de recapitaliser nos banques qui enregistrent ces pertes. Un tour de passe passe finan…

E.Joly-J-L.Mélenchon, la clef du scrutin présidentiel 2012

Je rebondis sur le billet de Juan (Nicolas aussi apparemment). Je résume, les écolos devraient s'allier à Hollande sans accord préalable sur le nucléaire. Parce qu'il vaut mieux participer à la victoire de la présidentielle, plutôt que de prendre le risque de ne plus peser du tout, que le candidat Hollande gagne ou pas. Une règle qui à mon sens devrait s'appliquer à tous les partenaires de gauche.

Il a raison le taulier de Sarkofrance : "Si EELV met comme préalable à tout accord un engagement de Hollande à la sortie (nécessaire) du nucléaire, nous risquons deux situations: soit on perd contre Sarko, soit Hollande gagne quand même et les écolos sont décrédibilisés."

Je vous livre mon sentiment personnel, voilà les vieilles pratiques qui sont la cause de l'échec à gauche dans ce scrutin présidentiel. Débattre en marquant ses différences entre différentes forces politiques, jusqu'au moment de l'entre deux tours de la présidentielle, empêche de dégager de…

Ils décident sans nous, ils endettent nos enfants.

Tout se décide à couvert, la posture qui consiste à ne rien dire des négociations en cours devient grotesque. Tout est fait pour laisser à penser que dans les coulisses du parlement Européen se construit une réponse à la crise de la dette, un sauvetage de la zone Euro. Il est surtout question de la manière dont nous allons endetter un peu plus les générations à venir.

Oui, il y a beaucoup de postures, de plan "comm", à laisser croire qu'on ne dit rien, dans les faits, les scénarios sont bien connus, bien fuités.

On met en avant l'effacement d'une partie de la dette grecque, ce qui est une bonne chose, mais il est déjà question de recapitalisation des banques. Sous couvert de pertes enregistrées par nos banques, on s'apprête à leur apporter sans contre parties (aucune fuite sur le sujet) de l'argent frais.
Une question de principe, parce que dans les faits nos banques vont très bien ! Si en France, elles pourraient enregistrer de 2 à 5 milliards de pertes …

Crise de la dette : un sujet majeur pour 2012

Yann demande à Nicolas, Monsieur Poireau, à Variae, Louis, à Seb Musset et Bembelley ainsi qu'à moi-même si nous sommes inquiets du sujet de la crise de la dette, mais surtout des conséquences, de la suite à donner.

Il y a effectivement de quoi s'interroger sur les suites à donner car nous ne sommes en fait qu'au début des conséquences de la crise. Depuis 2008, les états se sont endettés, aujourd'hui la dure loi du bon payeur-mauvais payeur s'applique donc cruellement au pays les plus fragiles, révèle la fragilité de nos économies.

Et la France n'est pas épargnée, avec 1700 milliards d'euros de dettes cumulées, un endettement à 80% du PIB, notre capacité à rembourser est sous surveillance des agences de notation, celle qui délivre le AAA qui ne sert à rien, juste à emprunter à bon taux, et donc à s'endetter un peu plus. Le sujet n'est donc pas, comme on nous le fait croire à droite, de sauver le 3A pour continuer à bien emprunter, mais plutôt notre …

Une contre offensive qui fait 38%. Une propagande à deux balles.

La primaire citoyenne étant terminée, le candidat Hollande désigné, la contre offensive médiatique annoncée par l'UMP, qui a dans les faits débuté depuis déjà plusieurs semaines, ne convainc pas.

Malgré ce qu'en disait J-f.Copé, les tenants de la propagande à droite ont toujours eu des possibilités de s'exprimer durant la primaire socialiste. Certains ne sachant cacher que ce procédé de désignation est "moderne", quand d'autres critiquant encore la méthode, s'opposaient entre eux. En fait, les anciennes postures ne fonctionnaient plus parce que les primaires étaient un succès, et qu'une certaine cacophonie à droite empêchait de reprendre la main médiatiquement.

Quand la "comm" ne suffit plus, les offensives, qui consistent à émettre des critiques sans opposer de programme alternatif que celui qu'on défend depuis cinq ans, tournent à l'erreur politique.
La convention UMP annoncée par le chef de file du parti présidentiel a donc bien e…

Rééquilibrer le PS de l’intérieur ?

François Hollande a donc gagné la primaire avec 57% des voix, il est donc désigné, par une large avance, candidat à la présidentielle de la République. Certains pro-Hollande très en verve hier soir devant les caméras, enorgueillis de cette fraiche victoire, ont réclamé un rééquilibrage de la direction du PS au profit de l'équipe, et des proches de François Hollande.

Je suis rarement en désaccord avec les déclarations de Julien Dray, mais il a été le premier à dégainer et à réclamer "un rééquilibrage à l'intérieur de la direction du PS" pour permettre "l'osmose" entre le parti et le candidat du PS à la présidentielle.
Sur un point il a raison, l'ancien soutien de Ségolène Royal, il fait un juste constat du dysfonctionnement de 2007, mais le contexte aujourd'hui n'est pas  le même. Si le constat est bon, la grille d'analyse n'est pas la bonne : "la campagne, elle se dirige depuis le parti". La leçon de 2007, "c'est q…

Trahison de Montebourg ? Tant pis pour le vote utile

C'est ce que j'ai entendu dire hier par un tenant de l'aile gauche de la gauche de la gauche de la gauche du PS. Il était question du vote de Montebourg pour François Hollande, interprété comme une trahison pour celles et ceux qui souhaitent un vrai coup de barre à gauche au PS.
Voilà quelqu'un qui a voté Arnaud Montebourg au premier tour de la primaire, qui votera Aubry au second, et qui votera Melenchon ou Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle si c'est François Hollande qui l'emporte ce Dimanche. Voilà une situation compliquée à mes yeux pour celles et ceux qui espèrent que la gauche l'emporte en 2012.

Hé oui, il va  encore être question du vote utile sur ce blog. Décidément ce vote utile prend différentes expressions en fonction des situations, de l’interprétation qu'on en fait, en fonction des candidats.

Et dans cette primaire, il y a au moins deux expressions différentes de ce vote utile. Celui de François Hollande qui, je résume, cons…

Deux, trois, très bonnes raisons de voter Martine Aubry

Comme je l'ai décrit ici, mon premier choix était de soutenir Martine Aubry, mais j'ai voté au premier tour des primaires citoyennes pour Arnaud Montebourg. Estimant qu'il ferait un assez bon score pour peser pour la suite, le résultat ne m'a pas déçu, il aide Martine Aubry à prendre l'ascendant sur le second tour des primaires.

Certes Arnaud Montebourg n'a pas encore appelé celles et ceux qui lui ont fait confiance à reporter leurs votes sur Martine Aubry, mais chacun devine que c'est ce qui devrait se faire naturellement. Si les idées ne sont pas la propriétés des candidats, le choix des électeurs n'ont plus. Reste que les rapprochements semblent bien plus évidents qu'avec François Hollande.

Aussi, il est temps de tourner la page du premier tour, le courrier de Montebourg, et le débat TV de ce soir ne doivent pas éluder le fond des propositions déjà connues des candidats.

Pour financer la protection sociale sans projet de réforme de régression soc…

La droite n'aime pas la démocratie

C'est Martine Aubry qui s'exprime en ces termes "La droite n'aime pas la démocratie", en réaction au propos de Nicolas Sarkozy, qui critiquait ce matin le processus des primaires.

"Le général de Gaulle avait dit vouloir une élection présidentielle à deux tours, pas à quatre tours. Les socialistes parlent aux socialistes, nous nous devons nous occuper de l'ensemble des Français" déclare donc Mr Sarkozy, s'agaçant du match Hollande-Aubry "de la gauche dure à la gauche molle" il signifiait que "la Vème République ne doit pas être l'otage des partis"

Voilà donc encore un cavalier seul du chef de l'état, Monsieur le président s'est exprimé, se moquant bien de l'avis de ses camarades qui pour beaucoup se sont prononcé positivement sur le sujet souhaitant que de telles primaires s'organisent également à droite pour 2017.

Et bien sûr Nicolas Sarkozy n'est pas la droite à lui tout seul, les courants les plus pr…

Carte des manifestations en France pour ce 11 Octobre 2011

Une mobilisation pour d’autres choix est une nécessité !
Il faut en finir avec la dictature des marchés financiers et les choix politiques d’austérité qui en découlent donnant encore et toujours plus de gages aux marchés financiers et aux agences de notations.
En Europe, plongée dans la pire des situations avec 23 millions de chômeurs, particulièrement les jeunes, l’unique réponse des dirigeants politiques est l’austérité : pression sur les salaires, réduction des services publics, de la protection sociale, des pensions, durcissement des conditions de travail et de vie. Le plan Fillon pour réduire le déficit de la France est injuste, inéquitable et inacceptable et pénaliserait une fois de plus les salariés, contrairement aux annonces médiatiques du gouvernement sur la contribution des plus fortunés.

Mesures FillonHauts revenusSalariés et RetraitésHausse de la CSG
(prélevée sur 98 % du salaire et non plus 97 %)600 Millions €Taxe sur complémentaire santé dont mutuelle1 200 Millions €Taxe su…

Les idées de Montebourg sont plus difficiles à reprendre pour Hollande, que pour Aubry.

Les supporters du candidat F.Hollande doivent s'en réjouir : en signifiant hier que les deux candidats impétrants (qualifiés) ne présentaient pas de différences, Arnaud Montebourg souhaite faire monter les enchères de son soutien. Il a raison, le troisième homme du premier tour, en mettant dos à dos les deux candidats restants, les obligeants à se prononcer sur des points précis de son programme, il s'assure que ses idées seront portées au-delà de cette simple primaire. Il garantit que le projet présidentiel aura des accents très prononcés à gauche, il pose ses conditions.
Mais le répis est de courte durée pour les soutiens de F.Hollande, les idées de Montebourg sont plus difficiles à reprendre pour Hollande, que pour Aubry.
Si la stratégie de Montebourg oblige à mettre sur un plan d'égalité les deux candidats qualifiés, c'est pour mieux mettre en évidence les écarts et rapprochements qui justifieront l'appel à soutien.

Quelques exemples, F.Hollande a déclaré hier …

Arnaud Montebourg premier ministre

Le premier tour de la primaire citoyenne est passé. Le second sera celui de la confirmation, que F.Hollande est bien le candidat à la candidature présidentielle, ou sera celui qui marquera le début du grand rassemblement attendu et nécessaire pour battre N.Sarkozy. La dynamique est au rassemblement, sur une ligne politique d'une gauche dure face à une gauche molle. Martine Aubry résume ainsi au soir du premier tour, "Pour lutter contre une droite dure, il faut une gauche forte"
Et c'est la ligne politique d'Arnaud Montebourg qui permet aujourd'hui d'imaginer une gauche forte. Une gauche décomplexée sur bien des sujets, le protectionnisme économique étant la partie de son programme qui a influé le plus sur les barrières économiques avancées par la candidate Aubry.
Le couple Aubry-Montebourg est selon moi la carte à jouer dans cette prochaine présidentielle, pour faire face aux politiques clientélistes de N.Sarkozy, pour faire face aux cadeaux fiscaux faits au…

Votez Arnaud Montebourg

Comme je l'ai déjà rappelé ici dans quelques billets, ma préférence dans ces primaires citoyennes jusqu'à il y a quelques temps était celle de voter pour que Martine Aubry soit la candidate à la Présidentielle.

En dehors de Valls, qui ne fera pas plus de 5% d'intention de votes, sur les orientations politiques, il n'y a pas de points de clivages importants entre les autres candidats.
Mais il nous est permis de faire un choix, alors je regrette déjà que chacun ne s’empare pas de cette possibilité, si F.Hollande fait le score qui est prévu, je crains qu'il ne soit pas le plus représentatif des "idées de gauche" défendues par exemple par des ouvriers qui se tournent plus naturellement vers le Front de gauche.

 Face à la gauche molle, qu'a décrit M.Aubry, il faut des mesures fortes. Des mesures de protection de notre économie, un changement des règles du jeu, des réponses à la crise financière que nous avons vécu, une mise sous surveillance du fonctionnem…

Primaires citoyennes : L'heure du choix des blogueurs

Nous y sommes enfin ! Après des mois de débats parfois houleux, dans un premier temps sur la méthode des primaires ouvertes, puis sur le calendrier de celles-ci, nous voilà maintenant à quatre jours du premier tour.Si, dans l'opinion, elles semblent être perçues comme un moment démocratique positif, où c'est l'électorat qui fait le choix du candidat à la candidature présidentielle, les débats, très suivis par les français, ont été très animés au sein de la blogosphère avec des partisans de chaque candidat.
 Mais savons nous vraiment quel est l'équilibre des forces au sein de la blogosphère ? Si pour beaucoup, nous connaissons le choix du candidat que chacun a âprement défendu à longueur de billet, la stratégie électorale de ce scrutin en deux tours ne semblent pas évidente pour tous. Si un candidat peut obtenir la majorité absolue dès le premier tour de la primaire, il y a quand même de fortes chances que l'électorat soit plus partagé qu'il n'y parait, les ou…

Abus de pouvoir : l'heure de régler les comptes pour la Sarkozie

On ne peut pas laisser passer ce genre de chose. Si la compagne de François Hollande a réellement été espionnée, on parle là d'une intrusion pénalement coupable dans la vie privée d'une journaliste, qui plus est la compagne d'une personnalité politique de premier ordre.

Et les réactions ne se font pas attendre, "Nicolas Sarkozy voulait une république irréprochable, c'est devenu une république irrespirable" entend-on. Au PS, bien sûr on s'indigne ; à l'UMP, on parle de boules puantes, certains à gauche, pour celles et ceux qui ne soutiennent pas F.Hollande, crient à la sur-médiatisation. On entend déjà dire que Mitterrand était le champion des écoutes illégales, bien sûr, à droite on s'interroge, à qui profite cette affaire, à François Hollande , bien sûr , bien sûr... (je précise, que je voterai A.Montebourg au premier tour, ce 9 Octobre).

Objectivement, on peut s'interroger sur le moment où sortent toutes ces affaires, Karachi, des Fadettes, …

Bel gagne le prologue du tour 2012

Gérard Larcher s'était empressé de se déclarer candidat à sa propre succession, soutenu par les communicants à droite, on nous expliquait qu'il était encore possible, malgré une majorité nouvelle à gauche au Sénat, que la présidence reste à droite, mais il n'en fût rien. Jean Pierre Bel est confortablement élu dès le premier tour. Un résultat électoral qui laisse à penser que l'état des forces politiques est largement favorable à la gauche, avec une droite très divisée.

Du coup, c'est à se demander pourquoi les leaders à droite s'imaginaient encore pouvoir gagner dans ce pseudo troisième tour de la sénatoriale, est-ce à dire qu'ils sont tellement habitués aux petits arrangements qu'ils crurent possible que des sénateurs nouvellement élus ne votent pas pour leur famille politique ?

L'UMP doit sérieusement repenser sa stratégie électorale, la majorité de 2007 a volé en éclat. Sur 348 votes possibles, 342 suffrages ont été exprimés, Jean Pierre Bel l&#…