Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2012

Les salariés sont mobilisés, mais ne savent pas contre quoi.

C'est frappant de constater qu'une très forte majorité de salariés qui sont appelés à se mobiliser aujourd'hui ne connaissent pas les tenants et les aboutissants de ce qui se trame au niveau européen, et qui conduit à l'austérité généralisée.
Après notre prise de parole du jour, avec nos camarades du syndicat, nous avons été interpellés par des salariés qui semblaient ne pas comprendre le motif de l'appel à la grève.

Certes, il fallait une fois de plus se mobiliser contre un énième plan de rigueur qui prenait cette fois la forme d'un chantage à l'emploi avec les accords emploi-compétitivité, une vieille habitude maintenant ; déjà avions nous dû demander à notre direction d'entreprise qu'elle prenne à sa charge la hausse de nos mutuelles. Qu'il fallait faire valoir notre mécontentement de cette nouvelle hausse programmée de la TVA, mais se mobiliser contre un nouveau traité européen ne semblait pas être quelque chose dont ils avaient entendu parl…

[Coup de barre à gauche] C'est nous qui sommes consternés depuis cinq ans !

Nicolas Sarkozy n'est pas serein, quand il se fait apostropher par les journalistes lors d'un déplacement en province, il ne peut s'empêcher d'aller au delà de la simple critique des propositions de son adversaire politique. Il pourrait entrer très tranquillement dans le débat, mais préfère alimenter la controverse, faire polémique, créer la sensation en dénigrant l'opposant. Finalement, c'est lui qui n’apparaît pas serein sur cette question de la fiscalité, et il y a bien des raisons à cela !

Le coup de barre à gauche du candidat socialiste décontenance la plupart des observateurs, et en premier lieu Nicolas Sarkozy. La fiscalité est un point de clivage très important entre les deux candidats.

En privilégiant le pugilat, le combat des petites phrases (Tout ca donne une impression d'improvisation et d'amateurisme qui est assez consternante) , N.Sarkozy ne tente t-il pas une diversion pour éviter de revenir sur le bilan du quinquennat, sur ces innombrabl…

Le programme de F.Bayrou est celui de N.Sarkozy

"En lisant son programme, je suis saisi par la peur du vide", c'est l'amabilité qu'avait asséné François Hollande à François Bayrou il y a de cela quelques jours. Une sorte d'escarmouche en réponse à cette complainte si typique du candidat centriste, qui consiste à jouer la victime de la bi-polarisation de la vie politique en France.

Le candidat du PS semblait rappeler que si la campagne du candidat du Modem n’intéressait pas, c'était surtout parce qu'elle n'était pas intéressante.
Que le programme de F.Bayrou ressemble beaucoup trop à celui de N.Sarkozy, avec le gel des dépenses de l'état, l'augmentation de la TVA, etc..


Du coup, faute de propositions qui soient séduisante pour l'électorat, François Bayrou reprend la stratégie de Nicolas Sarkozy, qui consiste à aller sur le terrain des valeurs, en donnant la parole au peuple. Quelle belle idée que ce recours au référendum, une idée en vogue que F.Bayrou n'hésite pas à exploiter, à…

Duel à distance contre lutte de proximité ?

Ce début de campagne ne me semble pas se dérouler de manière loyale entre tous les candidats. Maintenant qu'ils se sont déclarés, les uns se confrontent directement sur les plateaux télé, quand les autres s'affrontent à distance par médias interposés.

Si la campagne officielle ne commence pas avant le 9 Avril, après le dépôt des signatures/des parrainages le 16 Mars, et l’officialisation de la liste définitive des candidats le 19 Mars,  d'ores et déjà, on peut s'interroger sur les aspects égalitaires des conditions de campagne pour tous les candidats.

Ce matin Yann nous parle des difficultés supposées de financement de la campagne de Marine le Pen ; au delà de la polémique sur les 500 signatures se pose la question des duels de campagne qui doivent permettre à l’électorat indécis de se faire une opinion.

Cette semaine, nous avons eu droit aux joutes verbales d'un débat stérile entre une candidate du FN échaudée par cette manipulation médiatique qui consiste à la co…

N.Sarkozy se joue de la précarité

Ce n'est pas qu'il se moque, ou qu'il se réjouisse de situations précaires que peuvent rencontrer les français en situation de vie difficile, mais le président sortant, candidat à sa propre réélection instrumentalise la précarité salariale et le revenu de solidarité active à des fins électorales.

Depuis plus d'une semaine maintenant que le locataire de l'Elysée est candidat déclaré, il s'étale dans les médias, dans les interviews il fustige ses adversaires, sans jamais être directement confronté à ses opposants. Il n'en finit plus de lancer sa campagne sans jamais rencontrer ses contradicteurs. Ce mercredi dans une nouvelle interview lors du JT de France 2 il a avancé ce que les medias ont faussement appelé les "nouvelles" propositions du candidat.

En réalité, la suppression de la prime pour l'emploi est une vieille idée à droite, obliger les bénéficiaires du RSA à travailler pour la collectivité l'est également.
Supprimer les retraites ch…

#restos2012 RT=1 repas offert, 1 billet=10 repas offerts, les blogueurs se mobilisent.

Depuis deux ans, ce blog participe à la campagne pour les restos du coeur, 1 billet publié=10 repas offerts par Danone et Carreffour, les parrains de l’opération.


Au delà de la polémique dans les commentaires qu'une telle opération fait de la publicité pour ces industriels de la consommation, l’opération est ce qu'elle est, et elle permet quand même, par une simple chaîne numérique, de véhiculer un message simple, la mobilisation est nécessaire d'où qu'elle vienne. J'ai même tendance à penser que d'autres entreprises privées devraient participer également, voire renforcer leurs actions quand déjà elles font beaucoup.

Cette année l’opération prend une nouvelle dimension avec Tweeter, cela devrait permettre de populariser un peu plus cette troisième édition, dans le cadre de la collecte des 9 et 10 mars prochain.
J'invite donc mes camarades blogueurs à véhiculer cette information pour récolter un maximum de repas :
A perdre la raison
Partageons mon avis
des pas p…

Tu l'as vu ton sondage ???

La guerre des sondages semble reprendre en ce début de campagne. La bi-polarisation est organisée comme un fait inéluctable de campagne. Ni F.Bayrou, ni Marine Le Pen, ni Jean Luc Mélenchon ne bénéficient d'autant d'avancées significatives dans les sondages. Une semaine les uns progressent, d'autres reculent, mais jamais les résultats ne sont suffisamment tranchés pour qu'ils puissent être interprétés significativement, quand il n'est pas question de François Hollande et de Nicolas Sarkozy.

La Sarkohollandisation. Plus près de deux ou de cinq points d'écart entre les deux premiers leaders politiques ? Un dernier sondage CSA montre maintenant les deux candidats à 1 point d'écart entre eux quand le reste des candidats se situent à plus de 10 points, un gouffre semble t-on nous dire.

Les sondages par téléphone ne valent rien ou si peu (240 personnes ont ici déclaré vouloir voter N.Sarkozy au premier tour : 27% de 891 personnes inscrites sur les listes électorale…

Borloo par Proglio, chassez le naturel, il revient au galop

C'est le couac de début de semaine pour la campagne de Nicolas Sarkozy. Si il n'y a que des hypothèses, des supputations, l'effet est déjà dévastateur. L’hypothèse d'un arrangement, entre Nicolas Sarkozy et le PDG d'EDF, pour placer l'ex-ministre J-L. Borloo à la tête de Veolia, fait grand bruit, et c'est bien normal.

Au lendemain d'un meeting qui devait être le tremplin à la reconquête de l’électorat, l'attaque de l'opposant F.Hollande sur l'état UMP donnait déjà une certaine tonalité. Aujourd'hui, cette affaire qui révèle des petits arrangements n’arrange rien au déficit d'image du chef de l'état sortant.

Un délégué syndical s'exclamait "c'est anormal que la politique s’immisce dans les affaires d'un groupe privé comme Veolia"

Si François hollande a eu le bon ton de rappeler que pour les hauts fonctionnaires, et beaucoup de postes clefs, il y avait pu y avoir des dérives, ici on évoque des liens considérés…

A Marseille, pas de nouvelles propositions pour convaincre les 54% des français certains de ne pas voter N.Sarkozy

Alors que 54% des français se déclarent certains de ne pas voter N.Sarkozy, on se dit qu'il faudra plus d'un meeting pour tenter de convaincre l’électorat. Mais ne préjugeons de rien, le président sortant a essayé cet après-midi de redevenir le candidat redoutable qu'il avait été en 2007.


Parce que nous devons redouter ce hold'up démocratique qu'il est capable d'opérer. Dans un scrutin si particulier où une faible participation, et les votes sanctions peuvent rendre très incertain le résultat de l'élection. La performance du candidat Sarkozy doit être jaugée.

Rien ne sera épargné aux français électeurs qui aspirent au changement.

Ce qui me frappe dans ce discours, c'est cette idée de "vérité" qu'il a tenté de faire passer, lui qui qualifiait de menteur F.Hollande, n'en finit plus de nous expliquer que son pitoyable bilan est dû à la crise, une façon de se dédouaner de toute responsabilité.
Mais le peut-il vraiment, lui qui a commencé s…

Marine le Pen est complètement Halal

Cette affirmation en titre est aussi erronée que ce qu'avance la candidate du FN sur l'importation de viande en île de France, quoique ?

Pour que de la viande soit "halal", il faut que l'animal soit égorgé la tête tournée vers la Mecque. On peut dire que les préoccupations de Marine le Pen sont anormalement tournées vers le pays du Maghreb. Et affirmer que l’ensemble de la viande distribuée en région parisienne est Halal, tient soit de l'imposture, soit de contre-vérité éhontée.

Pour qu'une viande soit réellement "Halal", il faut donc que l'animal soit tué d'une certaine façon, mais qu'aussi soit prononcées des paroles sacrées (Bismillah allahou akbar: Au nom de Dieu le plus grand). C'est une pratique religieuse, et pas une façon simplement mécanique de découper de la viande.

Quand bien même, si commercialement parlant, des sociétés de découpe et de distribution de viande ont adapté leurs règles d'hygiène pour pouvoir prétendr…

Contre le travail le dimanche, mais pour l'ouverture des magasins ?

Pour les salariés l'avis de tempête n'est pas encore terminé, alors que les partenaires sociaux essayent de gagner du temps en s’obligeant à s’asseoir à la table des négociations, (le temps que la session parlementaire se termine)  pour discuter des accords compétitivité-emploi, l’élargissement du travail le dimanche fait surface dans la campagne électorale.

Depuis la loi Maillé de 2010, l'assouplissement des règles alimente déjà la controverse, allant plus loin que le droit du code du travail qui permettait déjà à chaque commerce d'ouvrir cinq dimanches par an, les zones touristiques, certaines zones géographiques et grandes agglomérations ont glané le droit d'ouverture. Ce sont ces périmètres qui seraient revus par une nouvelle loi, selon N.Sarkozy.

Un sujet qui fait débat : lorsqu'on interroge les français, une majorité est contre le travail le dimanche, mais la même majorité est pour l'ouverture des magasins le dimanche.

De F.Bayrou à F.Hollande, en pa…

[Sarkozy] Les cotés pile et face d'une campagne de tromperies

Nous l'avions craint, les attaques à droite ne se font pas sur le registre normal d'un affrontement de mesures politiques, mais sur des jugements de valeurs, des petites phrases, des manipulations médiatiques.

Il y a le coté pile d'une campagne où l'on tente de donner l'impression d'une certaine proximité en parlant "peuple" quand il s'agit de pseudo référendum.
Une campagne de communication qui consiste à effacer cette rupture d'avec les français qui a justement eu lieu depuis cinq ans, quand Nicolas Sarkozy décidait seul malgré le mécontentement du peuple, ce même peuple qu'il sollicite à nouveau pour sa réélection.

Et le coté face d'une campagne, qui va consister à louvoyer dans les basses manoeuvres de politique politicienne, comme lorsque il s'agit de qualifier de "menteur" l'adversaire. Dans tous les cas, des opérations médiatiques qui vont consister à cacher le manque de solutions à proposer aux vrais problèmes…

La France frotte ! +1% la candidature Sarkozy n'a pas eu d'impact

Le premier sondage depuis la déclaration de candidature démontre que l’opération reconquête de l’électorat ne fonctionne pas pour l'instant.

Si plus de 10. millions de téléspectateurs ont regardé le président sortant se déclarer candidat à sa propre réélection, 53 % des Français interrogés ne l'ont pas trouvé convaincant , 74% déclarent que cela n'a rien changé à son image.

Selon BVA, les intentions de votes ne changent que très légèrement, et peuvent s'expliquer aussi par le retrait des candidatures de Christine Boutin et d'Hervé Morin. Nicolas Sarkozy gagne donc +1% d'intentions de votes à 26% derrière F.Hollande à 31%. Le retard restant très important au second tour, François Hollande 56% contre N.Sarkozy 44%.

La "France d'en bas" à convaincre ?

A la lecture de cet article, on revient sur les objectifs de campagne incontournables pour Nicolas Sarkozy si il veut être réélu, à savoir séduire à nouveau l'électorat "populaire" qu'un ancien premier ministre appela en d'autre temps, la "France d'en bas". Un terme qui choqua à l'époque parce qu'il hiérarchise la population, une mauvaise habitude à droite.

Oui les séduire à nouveau, parce que c'est cette catégorie là même de la population qui a permis au locataire de l'Elysée de gagner en 2007. En axant sa campagne sur les questions d'immigration, de sécurité, du chômage, du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy réussissait son hold'up démocratique.


Après n'avoir rien fait en fin d'année, pour populariser l'inscription sur les listes électorales des jeunes électeurs potentiellement moins favorables à la droite, Nicolas Sarkozy pourrait avoir l'intention de récupérer cette autre partie de l'électorat qui ne …