Accéder au contenu principal

Les salariés sont mobilisés, mais ne savent pas contre quoi.

C'est frappant de constater qu'une très forte majorité de salariés qui sont appelés à se mobiliser aujourd'hui ne connaissent pas les tenants et les aboutissants de ce qui se trame au niveau européen, et qui conduit à l'austérité généralisée.
Après notre prise de parole du jour, avec nos camarades du syndicat, nous avons été interpellés par des salariés qui semblaient ne pas comprendre le motif de l'appel à la grève.

Certes, il fallait une fois de plus se mobiliser contre un énième plan de rigueur qui prenait cette fois la forme d'un chantage à l'emploi avec les accords emploi-compétitivité, une vieille habitude maintenant ; déjà avions nous dû demander à notre direction d'entreprise qu'elle prenne à sa charge la hausse de nos mutuelles. Qu'il fallait faire valoir notre mécontentement de cette nouvelle hausse programmée de la TVA, mais se mobiliser contre un nouveau traité européen ne semblait pas être quelque chose dont ils avaient entendu parler.

Nous avions pourtant écrit plusieurs fois dans nos tracts que le traité regroupait deux textes très liés.

Le premier qui impose une politique d’austérité en violant un principe démocratique fondamental qui est le droit souverain des parlements nationaux en matière de maitrise de leurs budgets respectifs. Le second, son bras armé puisqu'il conditionne toute éventuelle aide de l'Europe aux pays en difficulté.

De résumer qu'en fait avec l'adoption des deux textes, il était surtout question de règles budgétaires qui peuvent poser problèmes dès lors qu'un pays rencontre des difficultés. Que ces nouvelles règles interviennent pour se substituer à la souveraineté nationale pour appliquer une rigueur qui deviendrait obligatoire.

Que nous étions en train de graver dans le marbre les règles de chantage que la gouvernance Européenne "Merkozy"  faisait subir à la Grèce.

Alors je m'interroge sur cette campagne électorale, qui impose à l’électorat des sujets, en évitant soigneusement d'autres. De constater que les petites attaques des militants du net sur l'abstention des socialistes de l'adoption de ce traité n'avaient pas d'échos. Et que peut être était-ce aussi parce que ces attaques étaient trop virulentes pour être honnêtes, que nous n'entendions pas assez qu'une alternative était proposée, qu'une autre gouvernance de l'Europe était possible.

Que ces règles ne pourront être appliquées en France qu'après ratification, et qu'en cas de victoire de la Gauche à la Présidentielle, aux législatives en Juin, Angela Merkel serait obligée de négocier avec la France.

Imposons un vrai plan de relance Européenne par des investissements, des obligations Européenne pour relancer et garantir des emplois de qualité.
Exigeons une taxe sur les transactions financières pour contribuer aux politiques d’investissements
Exigeons une harmonisation des impôts sur les entreprises siégeant en Europe afin de mettre fin au dumping social et salarial.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…