Accéder au contenu principal

Les salariés sont mobilisés, mais ne savent pas contre quoi.

C'est frappant de constater qu'une très forte majorité de salariés qui sont appelés à se mobiliser aujourd'hui ne connaissent pas les tenants et les aboutissants de ce qui se trame au niveau européen, et qui conduit à l'austérité généralisée.
Après notre prise de parole du jour, avec nos camarades du syndicat, nous avons été interpellés par des salariés qui semblaient ne pas comprendre le motif de l'appel à la grève.

Certes, il fallait une fois de plus se mobiliser contre un énième plan de rigueur qui prenait cette fois la forme d'un chantage à l'emploi avec les accords emploi-compétitivité, une vieille habitude maintenant ; déjà avions nous dû demander à notre direction d'entreprise qu'elle prenne à sa charge la hausse de nos mutuelles. Qu'il fallait faire valoir notre mécontentement de cette nouvelle hausse programmée de la TVA, mais se mobiliser contre un nouveau traité européen ne semblait pas être quelque chose dont ils avaient entendu parler.

Nous avions pourtant écrit plusieurs fois dans nos tracts que le traité regroupait deux textes très liés.

Le premier qui impose une politique d’austérité en violant un principe démocratique fondamental qui est le droit souverain des parlements nationaux en matière de maitrise de leurs budgets respectifs. Le second, son bras armé puisqu'il conditionne toute éventuelle aide de l'Europe aux pays en difficulté.

De résumer qu'en fait avec l'adoption des deux textes, il était surtout question de règles budgétaires qui peuvent poser problèmes dès lors qu'un pays rencontre des difficultés. Que ces nouvelles règles interviennent pour se substituer à la souveraineté nationale pour appliquer une rigueur qui deviendrait obligatoire.

Que nous étions en train de graver dans le marbre les règles de chantage que la gouvernance Européenne "Merkozy"  faisait subir à la Grèce.

Alors je m'interroge sur cette campagne électorale, qui impose à l’électorat des sujets, en évitant soigneusement d'autres. De constater que les petites attaques des militants du net sur l'abstention des socialistes de l'adoption de ce traité n'avaient pas d'échos. Et que peut être était-ce aussi parce que ces attaques étaient trop virulentes pour être honnêtes, que nous n'entendions pas assez qu'une alternative était proposée, qu'une autre gouvernance de l'Europe était possible.

Que ces règles ne pourront être appliquées en France qu'après ratification, et qu'en cas de victoire de la Gauche à la Présidentielle, aux législatives en Juin, Angela Merkel serait obligée de négocier avec la France.

Imposons un vrai plan de relance Européenne par des investissements, des obligations Européenne pour relancer et garantir des emplois de qualité.
Exigeons une taxe sur les transactions financières pour contribuer aux politiques d’investissements
Exigeons une harmonisation des impôts sur les entreprises siégeant en Europe afin de mettre fin au dumping social et salarial.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Contrat de génération, l’échec annoncé d'un coup politique

Ils sont mauvais. Droite, gauche, de tous les courants politiques, ils ne sont pas nombreux à proposer des idées, des mesures en phase, une idéologie qui rencontre les attentes, les besoins auxquels aspire l'opinion publique. Au gouvernement comme dans l'opposition, ce sont les mêmes sérénades qu'on nous propose.

Quelques exemples de l'actualité récente étayent ce constat. Aujourd'hui je veux parler de la "vraie fausse bonne idée" qu'est le contrat de génération de François Hollande.

Sur le front de l'emploi, F.Hollande insiste et répète avec insistance qu'il réussira à inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année, ce que tout le monde souhaite. Mais quand il déclare encore dimanche dernier lors d'un JT de 20h, "On est tout prêt du but", jugeant que la mise en oeuvre de dizaines de milliers d'emplois aidés commence à porter ses fruits, ça frise le manque de réalisme, pour ne pas dire plus.

Techniquement c'es…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…