Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2012

Des candidats inaudibles

Des enquêtes d'opinion avaient déjà révélé que les français étaient déçus par la campagne présidentielle, qu'ils la jugeaient peu intéressante. Alors que la première préoccupation des français est le chômage qui n'arrête plus d'augmenter, seuls les discours sécuritaires semblent faire écho. Depuis quelques jours les médias s'astreignent à l'égalité de temps de parole, si bien qu'après avoir été inondés d'émissions politiques sur toutes les chaines de television et ondes radio, nous n'avons plus aucune prise de parole des candidats à des heures de grande écoute.
Dès lors, pour les parties de l’électorat encore indécises, celles qui ne sont pas vraiment politisées, celles qui peuvent changer d'avis la dernière semaine de campagne, celles qui travaillent du matin au soir sans avoir le nez rivé sur la timeline de son compte Facebook ou Twitter, c'est le moment du grand vide de la campagne. Un moment où c'est la folie d'un homme à Toulouse q…

[l'étau se resserre] E.Woerth mis en examen, De Maistre en détention, bientôt N.Sarkozy ?

C'est tout l'UMP qui prétendra qu'il faut s'interroger sur une affaire judiciaire qui éclate en pleine campagne électorale. Mais l’accélération des mises en examen des proches de Nicolas Sarkozy dans le financement occulte du parti UMP pour la présidentielle de 2007 suit un long cheminement qui ne s’arrêtera pas avant la possible réélection du candidat sortant. Ici, la détention provisoire ne mène pas forcément à la mise en examen, encore moins à la condamnation, mais l'étau se resserre.

Déjà mis en examen le 15 décembre dernier, notamment pour escroquerie et abus de confiance, l'ancien gestionnaire de fortune de la milliardaire Liliane Bettencourt est entendu une nouvelle fois par le juge bordelais Jean-Michel Gentil, en charge des enquêtes.
Patrice de Maistre, qui a géré la fortune de l’héritière de l'Oréal de 2003 à 2010, est accusé par l'ancienne comptable de la milliardaire d'avoir remis 150.000 euros en espèces, à Eric Woerth, pour la campagne p…

Des 3 premiers candidats à la Présidentielle, 2 sont de gauche !

C'est incontestablement Jean-Luc Melenchon qui est le candidat qui marque le plus cette campagne présidentielle.
Le duel du haut des sondages sur le premier tour ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà, François Hollande est stable, Nicolas Sarkozy a su rassurer son socle électoral, les deux candidats sont au coude à coude.
L'information majeure qui semble maintenant se vérifier, puisqu'elle se confirme dans le temps dans les enquêtes d'opinion, est que les idées de gauche sont soutenues par l'électorat. C'est de bonne augure pour le second tour.

Ne pas refaire l’erreur de 2002

J'imagine déjà les réserves de quelques sympathisants Mélenchonistes qui, à la lecture du titre de ce billet, s'imaginent trouver ici un énième appel au vote utile : il n'en est rien.
Non, ces quelques lignes pour dénoncer la récupération politicienne des tueries de Toulouse et Montauban par Marine le Pen.

Si l'assaut médiatique de la candidate de l’extrême droite peut paraître choquant, il faut contrer l’instrumentalisation qui est faite. Comme pour le 21 Avril 2002, où la gauche est éliminée dès le premier tour du scrutin présidentiel, il est question du risque d’apparaître incapables de répondre à des attentes populaires à des instants clefs d'une campagne électorale .

Des camarades blogueurs ont déjà fait ce parallèle avec le fait divers de "Papy Voise" qui le 19 Avril 2002 est roué de coup. Les images du visage tuméfié et les pleurs de Paul Voise bouleversent la France entière et provoquent une vague d’indignation face à la délinquance. La chaîne LCI …

Des gesticulations en pagaille qui écoeurent les français

Le meeting à Lyon de Nicolas Sarkozy n'a été qu'une suite d'attaques à l'encontre de François Hollande. Menteur, cynique, ont été les mots utilisés pour décrire l'adversaire, laissant une impression de dégueulasserie, de mauvaise foi, qui me semblait crever l'écran. 

Depuis cinq ans que ce blog existe, nous avons, avec les camarades blogueurs, pourtant l'habitude des coups bas en politique, des petites phrases, mais nous atteignons ici des sommets. Nicolas Sarkozy ne s'interdit plus rien, il joue son va-tout au risque de tout perdre.
Ça passe ou ça casse. C'est certainement ce qu'il doit se dire, lui qui a déjà largement anticipé sa défaite, avançant qu'il arrêterait la politique.
 Du coup il se lâche.
Cela présente au moins deux avantages, sachant qu'il est peut être dans un baroud d'honneur, il ne se sent pas oppressé puisqu'il a déjà envisagé un plan B après le 6 Mai. Pas stressé par la défaite, il se présente décontracté dans les…

[infographie] Sarkozy et l'Europe "cinq ans de gesticulations"

Mr Copé caricatural, agressif, de la mauvaise foi comme si souvent.

Je ne suis pas d'accord avec le titre de Yann ce matin "Hollande- Copé : enfin un débat digne de ce nom". Pour le reste, je fais le même constat, François Hollande est apparu beaucoup plus confiant et sûr de ses propos, que Jean François Copé dans l’émission "des paroles et des actes" de ce jeudi soir.  Mais le chef de parti UMP  s'est livré à un exercice dont il a l'habitude, de mauvaise foi, en travestissant la réalité ; du coup, le débat en question n'a été qu'une suite de joutes verbales que le format de l'émission avait bien du mal à contenir.
F.Hollande a très bien fait d'insister sur la mauvaise foi, la caricature, l'agressivité de son contradicteur. Il est devenu une très mauvaise habitude chez beaucoup de ces représentants politiques d'user de ce genre de technique de communication, qui consiste à apparaître le plus virulent dans les propos, quitte à sombrer dans la vulgarité.
J-F.Copé attaque d’emblée sur les propositions …

La CGT dénonce l'incohérence de N.Sarkozy, F.Hollande défend sa cohérence

Bernard Thibault s'abstiendra de donner un soutien formel à un candidat plutôt qu'à un autre, mais en appelant à voter contre Nicolas Sarkozy, il y a une sorte d'incitation au vote sanction, au vote utile.

Alors, que la CGT ne donne pas de consigne de vote depuis près de trente ans respectant une neutralité bien nécessaire, le premier syndicat de France semble cette fois clairement se positionner.

B.Thibault, le 30 Janvier : "Je crois pouvoir dire sans trop m'avancer que vous aurez du mal, monsieur le futur candidat, à trouver dans cette salle et chez ceux qui nous écoutent, beaucoup de supporteurs pour vous aider à rempiler cinq ans deplus à l'Elysée"

B.Thibault, ce 13 Mars : "Au vu du bilan et des projets du président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux" et de proclamer que la CGT "ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation"

" Au vu du bi…

L'hypermédiatisation de la bêtise

Cette campagne présidentielle est une succession de séquences où l'on constate depuis un mois que Nicolas Sarkozy peine à convaincre.
Si aujourd'hui tourne en boucle la douce musique de la remontée dans les sondages pour Nicolas Sarkozy, depuis un mois il fait en réalité le yoyo dans les intentions de votes. S'obligeant à toutes les tentatives de manipulations de l'opinion pour essayer une fois de grignoter l’électorat du FN, une autre fois celui du Front de Gauche, quand il annonce par exemple vouloir imposer les exilés fiscaux, le but étant de faire oublier qu'il n'est pas le président des riches, mais qu'il s'adresse aussi à l’électorat populaire.

Nicolas Sarkozy sait que le ridicule ne tue pas en politique. Depuis le début de son quinquennat il n'est pas populaire, et s'en moque. Hier soir, dans l'émission de Laurence Ferrari sur TF1, il a même dû signifier plusieurs fois à son auditoire qu'il ne fallait pas rire de ses propos. Tant …

Une remontée aux forceps

Si Nicolas Sarkozy reste largement battu au second tour de la Présidentielle, et c'est bien là l'essentiel, pour la première fois un institut de sondage donne le Président sortant en tête des intentions de votes pour le premier tour.

Le plus troublant est que cet institut de sondage Ifop Fiducial donne dans la même journée du lundi 12 Mars un premier résultat au coude à coude à 28.5%/28% pour communiquer ce jour sur un croisement des courbes et un écart de 1.5 points à l'avantage de N.Sarkozy.
Finalement peu importe, comme il est précisé en introduction de ce billet, le principal reste que Nicolas Sarkozy est encore largement battu dans les intentions de votes du second tour.

Le plus intéressant dans l'enquête de l'ifop est qu'elle est faite en continu. On peut donc y voir les tendances dans le temps, ce qui est peut être plus parlant qu'un cliché des intentions de votes à un instant "T" de la campagne.
On remarque qu'il y a un tassement des int…

Qu'annoncera t-il encore pour récupérer l’électorat FN ?

La presse critique ce matin les ultimatums lancés par Nicolas Sarkozy à l'Europe. Il y a la méthode qui consiste à instrumentaliser l'Europe à des fins électorales, et il y a le fond des propositions qui révèle un choix d'une certaine Europe.

De laborieux sommets, durant de nombreuses années, ont mis en évidence que l'Europe des conservateurs, de la droite Merkozy, n'était pas solidaire, qu'on préférerait instaurer l'austérité, la récession.
Alors il est plutôt coquasse aujourd'hui de voir critiquer la volonté de François Hollande de changer un traité mal ficelé de discipline budgétaire, en faisant croire que ce n'est pas possible, quand dans le même temps, Nicolas Sarkozy se propose de modifier lui aussi d'importants traités européens.

Passons sur le protectionnisme emprunté à des Montebourg et autres gauchiste, des mesures qu'il n'a pas voulu mettre en oeuvre jusque là, alors que notre pays présente un déficit commercial historique depu…

Malhonnêteté intellectuelle à Villepinte

La campagne électorale de Nicolas Sarkozy décollera t-elle enfin ? La remontée des intentions de votes se fait dans la douleur pour Nicolas Sarkozy. Après une petite dynamique la première semaine, les attentes des sarkozystes furent vite déçue. L'espoir devait renaître à Villepinte. C'était en tout cas le discours pour motiver les troupes, afficher dans les médias une mine conquérante.
Mais Nicolas Sarkozy a si peu à proposer, alors quand le programme sur les politiques intérieures ne séduit pas, il tente de se refaire sur la politique extérieure, seul bilan vu plutôt positivement par l’électorat.

C'est d'ailleurs par le prisme "européen" qu'on tente de déstabiliser la gauche en tête dans les sondages.
En fait, Nicolas Sarkozy sait que l'image du "changement" est chez l'adversaire. Alors, il tente tous les coups bas pour salir l'adversaire. En communiquant sur des coalitions de conservateurs européens, il tente aujourd'hui de déc…

Ce 11 Mars : chaîne humaine pour sortir du nucléaire

Quelle belle idée que de décider de sortir du nucléaire. Je crois que c'est la mesure phare de cette campagne présidentielle, qu'enfin soit reconnu, même à demi-mot, car il est toujours difficile à l'homme de reconnaître ses erreurs, de reconnaître enfin qu'il faut sortir du nucléaire.


C'est pourquoi, je relaye aujourd'hui cette initiative :

Un an jour pour jour après Fukushima
formons une grande chaîne humaine de Lyon à Avignon
dans la région la plus nucléarisée d’EuropeSortir du nucléaire, c’est possible !REJOIGNEZ LA GRANDE CHAINE C’est en étant nombreux que nous sommes forts : ensemble, nous pouvons faire de cet évènement la plus grande chaîne humaine jamais organisée en France.

Cinq ans de scandales : Mai 2007 - Mai 2012

Cynisme au parti radical

J-L.Borloo n'en finit pas d'être en décalage avec les militants de son parti politique. Il semble tiraillé entre intérêt et engagement personnel, ses troupes ne s'y retrouvent plus.

Alors que le parti a donné pour consigne de voter Nicolas Sarkozy, les jeunes militants, et Rama Yade en tête ont annoncé "refuser de souscrire à la mention de soutien du parti radical à la candidature de Nicolas Sarkozy"

Voilà qui explique le revirement de situation de l'annonce de Jean Louis Borloo, qui finalement, ne se rendra pas à Villepinte ce dimanche.

C'est beau la politique...

Une campagne de bas niveau à l'image du Président sortant

Est-ce une stratégie ? Nicolas Sarkozy s'oblige t-il à prendre des risques pour refaire son retard ? Sa dernière déclaration sur sa volonté d’arrêter "la politique" en cas de défaite le 6 Mai est révélatrice de son désarroi. Le livrer aux médias est-il une bonne chose ? Dans tous les cas, Nicolas Sarkozy se joue de l’électorat en tenant des propos anachroniques, et il essaye de déstabiliser comme il le peut l'opinion publique.

Après la séquence à droite toute, puis un éventuel repositionnement au centre, le locataire de l’Élysée semble revenir sur le terrain de l'affect' ; il prend les français à témoin, il transforme la présidentielle en un référendum pour ou contre sa réélection.
C'est très risqué, mais Nicolas Sarkozy aime la confrontation, le risque, il serait certainement un très bon joueur de poker. Et puis, il l'a déjà fortement prouvé : faire campagne sur les attentes de français ne l’intéresse pas, il n'écoute rien ni personne.
Il y a un par…

Le grand n'importe quoi des taxes et mesures Sarkozy

Jean Claude V, qui partage beaucoup de posts avec moi via nos comptes Google, me fait découvrir ce soir cet excellent article qui revient sur l'agitation fiscale, les actes manqués de Nicolas Sarkozy, qui est en fait la copie d'un billet du blogueur libéral H16 du blog Hashtable. Ne soyons pas sectaires, j'aime assez ce qu'il écrit (dans ce billet).

L'auteur a raison, cette accumulation de mesures, bien souvent des postures, des plans "comms", plus destinés à tromper, à occuper le temps médiatique, ont été inefficaces.

La liste est impressionnante, et on mesure là l'inefficacité, quand en cinq ans, le "sarkozysme" a alourdi la dette de plus de 650 milliards d'euros !

Taxe sur les hauts revenusTaxe sur les loyers élevés des micro-logementsTaxe sur les sodas et boissons sucréesTaxe sur les nuitées d’hôtel supérieures à 200 eurosTaxe sur la provision pour hausse des prix du secteur pétrolierTaxe sur les activités privées de sécuritéTaxe de ri…

Main mise sur le bénéfice mondial consolidé

La proposition de Nicolas Sarkozy que d'imposer les entreprises françaises faisant des bénéfices à l'étranger étonne. Encore une fois, le président candidat essaye de nous tromper sur la question, pourquoi ne pas l'avoir fait avant ? et surtout en se gardant bien d'en donner la configuration, il balade l'électorat sur de vagues intentions, il devient urgent pour lui de nous communiquer le détail de son programme, si il veut regagner un semblant de crédibilité. 
Nous verrons, mais si c'est le même genre de mesure que la fumante prime de partage des profits, cette annonce accouchera d'une coquille vide.
Le bénéfice mondial consolidé échappe aujourd'hui à tout contrôle de l'état. Syndicalement, cela fait partie pour les entreprises de grands groupes des revendications que "d’intéresser" les français au résultat de l'entreprise, à l'ensemble de son résultat ; parce que la performance de l'entreprise découle aussi du travail qui est f…

Sarkozy, nouvelle séquence balle au centre ?

On dit que les intentions de votes se cristallisent à la mi-mars, l'enjeu pour Nicolas Sarkozy est donc d'inverser très vite les tendances.
Sa prestation d'hier soir montre qu'il reste un adversaire des plateaux télé redoutable, et quelques signes laissent entendre qu'il a bien pris conscience de ce qu'il lui reste à faire pour séduire les parties d’électorat qui lui font encore défaut.  L'exercice est difficile, tel un funambule il doit garder l'équilibre, tenter des grands écarts, entre mea-culpas de ce qu'on lui reproche, et souvenirs des recettes qui font la victoire.
Il est clairvoyant, en cherchant à réduire son impopularité en regrettant quelques écarts de son mandat, Nicolas Sarkozy sait que ce sont surtout les reports de voix pour le second tour, le plus gros problème. 
Après une séquence bien "de droite" il va tenter de se rappeler au bon souvenir des centristes, de cette partie de l'électorat, les plutôt modérés, condition sine …

Des branquignols pour gouverner ?

Jouer sur l’intégrité, la crédibilité de l'opposant n'est-il pas le signe de ses propres faiblesses ?

François Fillon ne manque pas de toupet quand il critique autant François Hollande. Après l’épisode de la coalition des conservateurs européens, François Fillon s'étale ce matin dans les médias et juge "imbéciles" les mesures de l'adversaire, pointe "un doute", n'en finit pas de s'étaler dans les basses manoeuvres, s'interrogeant sur "la capacité" ou "le caractère" du candidat socialiste.

Hollande avait déjà répondu "ce n'est pas en déconsidérant les autres qu'on peut s’élever soi-même"

Mais, je vois là surtout l'occasion de revenir sur le bilan de François Fillon et de son poulain. La situation de la France est catastrophique, et vous voudriez comparer la crédibilité des uns et des autres ?


Parce que tout ne sera pas réglé avec la victoire de F.Hollande, et aussi parce qu'il ne..

Avec mes camarades blogueurs, nous sommes nombreux à nous "étaler" sur la toile depuis l’élection du monarque en 2007, et nous interrogeons naturellement sur le devenir de nos blogs après cette nouvelle présidentielle, et les législatives qui vont suivre en Juin.

L'enjeu est majeur, tant la réélection de Nicolas Sarkozy serait lourde de conséquences. Je soutiens donc François Hollande dans la course à la présidentielle, avant de voter au troisième tour en Juin pour une diversité à gauche au sein de l'assemblée nationale.

Mais tout ne sera pas réglé, même après une large victoire de la gauche dans ces deux scrutins.

Nous sommes donc cinq ans après l'élection de Nicolas Sarkozy au poste suprême, et jamais la France n'a été en pire situation.

Pour ma part, je continuerai à bloguer "politique" parce qu'il y aura toujours à commenter, à débattre de telle ou telle mesure prise, ou non, par le gouvernement qui aura été mis en place. L'aspiration à …