Accéder au contenu principal

Pas d'accord plutôt qu'un mauvais accord !

Il ne faut pas qu'il y ait d'accord ! Au gouvernement de prendre toutes ses responsabilités si il veut avancer sur l'assouplissement du droit à licencier.
Il est là le blocage majeur, sous couvert d'avancées mineures qui peuvent être obtenues dans d'autres négociations, ce sont les garanties qu'apportent le CDI que le patronat souhaite faire sauter.
Dans les propositions des patrons, le contrat de travail ne protégerait plus le salarié, même sur sa rémunération.

C'est l'article 17 du projet d'accord qui pose problème, il entérine en quelques sortes les accords compétitivité emploi votés sous Sarkozy comme une nouvelle règle générale pouvant être appliquée partout à partir du moment où il y a un accord d'entreprise. En cas de refus du salarié de baisser son salaire, même temporairement, celui-ci serait licencié.

Je l'écrivais hier, tant que subsistera le chantage aux baisses de salaires avec la menace de licenciement, aucune organisations syndicales ne devraient accepter un tel projet d'accord.

La taxation des contrats courts, des CDD, seraient l'avancée qui permettrait à la CFTC, à la CFDT ou à la CFE-CGC de signer ? Mais de qui se moque t-on !? Parlons plutôt de l'essentiel !

L'article 17 du projet d'accord du MEDEF est un coup de boutoir idéologique contre le code du travail. Ce sont les mêmes thèses libérales qui ont permis, sous Sarkozy, de mettre en place la rupture conventionnelle, qui d'ailleurs n'a rien changé à la situation toujours aussi difficile de l'emploi en France. Comment peut-on sérieusement penser qu'en permettant de licencier plus facilement, nous créerons de l'emploi ? Qu'en organisant les baisses de salaires en entreprise nous maintiendrons et créerons de l'emploi ?

Sur bien des points, des propositions des syndicats, il est intéressant de s'interroger, tel que le droit au chômage rechargeable, mais si les OS patronales restent obstinées, laissons le gouvernement faire ses propres propositions.

L'échec des négociations avec le MEDEF n'empêchera pas le gouvernement d'avancer son projet de loi comme il s'y est engagé. En attendant, il est préférable de ne pas avoir d'accord, plutôt qu'un mauvais accord.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…