Accéder au contenu principal

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouvertement, les racistes se cachaient.

Aujourd'hui vous partez d'un point d'actualité, et tout y passe : les prières de rues, les jeunes de banlieue qui ne veulent pas s'intégrer, l'insécurité, le pain au chocolat du Ramadan de Copé et tutti quanti. Une discussion à la con vous dis-je.

Beaucoup auraient surement laissé tomber, nous étions d'ailleurs plusieurs au début autour d'un café, et nous avons fini la conversation à deux.

J'ai tenté d'expliquer qu'il n'y avait pas un problème d'intégration propre à une communauté, qu'à l'inverse il y avait autant d'exemples de réussites d’intégration dans toutes les communautés de français issus de l'immigration.
J'ai essayé de répondre point pour point.

Sinon quoi faire ? Refuser d'essayer de raisonner la personne et la laisser propager ces idées nauséabondes ? Penser que ces courants de pensées resteront minoritaires ? Dédiaboliser suffirait-il ?

Si j'ai amené mon interlocuteur à réfléchir autrement, je ne suis pas sûr qu'il ait changé d'avis tant ses arguments ont été banalisés ces dernières années. Je me suis fait au moins plaisir...

Commentaires

  1. Tu as eu raison, à 100%, au moins, il ne peut pas se bercer d'illusions, car il sait au fond de lui que ce qu'il dit est faux.
    Les gens qui professent cette opinion, à petite dose ou carrément, savent qu'ils professent de fausses idées, sinon, ils écouteraient et ils changeraient leur fusil d'épaule, un peu. Or, il n'en est rien, c'est arguments d'autorité sur arguments d'autorité.
    Heureusement, nous sommes encore quelques-uns à ne pas être pollués par la peur. Car c'est de cela qu'il est question : un mélange de lâcheté, de peur, et de frustrations. Rien de rationnel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison, c'est pas rationnel et bien souvent ça repose sur une méconnaissance des sujets.
      C'est pour ça qu'il faut s'opposer et ne pas laisser se banaliser de tels propos.

      Supprimer
  2. Il faut également rappeler que Merah était français, que les terroristes aux US étaient américains. Le problème n'est donc pas lié à la nationalité, mais plus profond.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…