samedi 4 mai 2013

Un an, déçu est l'espoir

Putain, déjà un an et cette drôle d'impression que si il y a bien des raisons d'être déçu de ce début de quinquennat de François Hollande, il pourrait y avoir quelques lueurs d'espoir que la France "se relance" enfin.

Comme à chaque élection présidentielle, un espoir de lendemains meilleurs est suscité chez les Français. C'est un sentiment collectif qui s'accentue ou s'atténue en fonction de la réussite de chacun. Cette fois avec François Hollande, c'est la jeunesse qui était sous les feux de la rampe de sa campagne électorale, et ce sont ces jeunes qui, en entrant dans la vie active, découvrent une situation de l'emploi catastrophique.
Si cette situation est la résultante d'une accumulation d'erreurs politiques qui ne sont pas à mettre qu'au crédit de l'action gouvernementale actuelle, François Hollande doit maintenant prendre toutes ses responsabilités.
Inverser la courbe du chômage semble devenu impossible avant la fin 2013 vu la situation et les prévisions économiques du pays. Nous pourrions être à la limite de la récession, faute de croissance, il n'y aura pas de créations d'emplois en nombre supérieur aux suppressions d'emplois. Dès lors, François Hollande devra infléchir sa politique de rigueur budgétaire et relancer l'économie par le seul moteur de la croissance qui est en train de s'éteindre : la consommation.

Si il pouvait être considéré nécessaire de débuter ainsi le quinquennat, la récession économique impose la relance. C'est au pied du mur que François hollande se révèlera enfin comme président, il faut l'espérer.

4 commentaires:

Modérez vos commentaires !